Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Wladimir GUETTEE

  • INDEX


     

    Lire la suite

  • + La Sainte Bible des Septante, traduction des textes grecs en français par Pierre GIGUET.+

     

     

    Liens qui permettent  la lecture ainsi que le téléchargement

    de la Sainte Bible des Septante en langue française.

     

    http://jesusmarie.free.fr/bible_septante.html

    http://jesusmarie.free.fr/bible_septante.pdf

     

    http://orthodoxievco.net/ecrits/70/indexx.htm (avec les quatre Évangiles)

     

    https://archive.org/details/LaBibleDesSeptanteEnFrancaisVol1

    https://archive.org/details/LaBibleDesSeptanteEnFrancaisVol2

    https://archive.org/details/LaBibleDesSeptanteEnFrancaisVol3

    https://archive.org/details/LaBibleDesSeptanteEnFrancaisVol4

    https://archive.org/details/LePremierLivreDesdras

     

     

     

     

    http://reveillonsnousverite.free.fr/Livres/html/LXX.html (très incomplet)

     

    http://ba.21.free.fr/septuaginta/preface.html

     

     

    +

  • Lettre de Saint Marc d'Ephèse.

     

    Non habemus papam ! (Nous n’avons [et ne reconnaissons] pas de pape !)

    Petit rappel très utile...

    Source : La Lumière du Thabor - Revue Internationale

    de Théologie Orthodoxe - N°10, pages 19-31.

    Fraternité Orthodoxe Saint GRÉGOIRE PALAMAS - L'Age D'Homme.

     

     

     

    Notre Saint Père Marc d'Ephèse.jpg

     

     

    LETTRE ENCYCLIQUE A TOUS LES CHRÉTIENS ORTHODOXES

     

       de la terre et des îles 

     

      de Notre Père Théophore Saint Marc d’Éphèse.

     

    Les hommes qui nous ont menés en déportation, dans une captivité pernicieuse, et ont voulu nous attirer dans les bas-fonds de Babylone –les dogmes et les rites des Latins– n’ont pu conduire leur projet à terme, se rendant compte eux-mêmes de son absurdité foncière et de son impossibilité, et se sont arrêtés à mi-chemin, eux et tous ceux qui les ont suivis, sans demeurer ce qu’ils étaient, ni devenir ce qu’ils ne sont pas ; ils ont abandonné Jérusalem, la vraie vision de paix (cf. IS. 28 : 16 ; 1 Pierre 2 : 6) et la montagne de Sion, la Foi solide et inébranlable ; quant à être Babyloniens et en porter le nom, ils ne le veulent ni le peuvent ; en sorte qu’on pourrait justement les appeler Gréco-latins, ces déserteurs que nous qualifions généralement de Latinisants.

     

    Ces animaux mêlés, cousins des centaures de la fable, confessent avec les Latins que l’Esprit Saint procède du Fils et qu’Il a le Fils pour cause de Son existence –selon les propres termes de leur Définition de Foi conciliaire– et avec nous, disent qu’Il procède du Père ; avec les Latins, ils affirment que l’addition du Filioque au symbole fut chose légitime et bien fondée, et, avec nous, refusent de la réciter dans le Credo –quoique, s’agissant d’une chose légitime et bien fondée, rien n’empêche de la réciter, n’est-il pas vrai ? Toujours avec les Latins, ils disent que le pain azyme est bien Corps du Christ, mais, avec nous, n’oseraient pas y communier. Ne voilà-t-il pas des traits suffisants pour dépeindre l’humeur de ces personnages ? Si l’on ajoute que ce n’est pas l’amour de la vérité qui les a poussés à rencontrer les latins –cette vérité, qu’ils avaient entre les mains, ils l’ont trahie– mais l’appât de l’or et le désir de conclure une union factice, non celui de s’unir véritablement.

    2. Or il convient d’examiner le mode de leur union : car qui dit union dit moyen terme par lequel on s’unit. Dans le cas présent, c’est par le dogme relatif au Saint Esprit qu’ils ont cru s’unir aux Latins, en confessant avec eux qu’il tire aussi du Fils son existence ; pour tout le reste, ils diffèrent, et il n’y a rien entre eux, pas même une seule chose, qui leur soit commune ni même intermédiaire. Tout au contraire, on récite encore deux symboles différents, comme auparavant ; on célèbre deux liturgies dissemblables, avec consécration de pain levé dans l’azyme, dans l’autre ; deux baptêmes, dont l’un consiste dans une triple immersion, l’autre dans une affusion d’eau sur le sommet de la tête : et tandis que le premier comporte nécessairement la chrismation, le second peut même s’en passer ; deux coutumes enfin, en tout et pour tout différentes, qu’il s’agisse des jeûnes, des ordres ecclésiastiques ou de toute chose de ce genre. Où donc est l’union, quand aucun signe extérieur ne la rend tangible et manifeste ? Et comment se sont unis des gens qui entendent rester attachés à leurs propres usages –ils l’ont même déclaré d’un commun accord– et ne suivent pas les traditions reçues des Saints Pères ?

    3. Mais que disent ces raisonneurs ? "L’Église grecque n’a jamais dit que l’Esprit Saint procédait du Père seul, mais simplement qu’il procédait du Père ; or cette affirmation n’exclut pas le Fils de la procession ; de sorte que, sur ce sujet, nous étions autrefois unis et le sommes toujours à présent". Hélas ! Quelle bêtise ! Et quelle cécité ! Si l’Église grecque a toujours confessé la procession de l’Esprit hors du Père, pour avoir reçu cette doctrine du Christ Lui-même, des saints Apôtres et des Pères des Conciles ; et si elle n’a jamais confessé la procession hors du Fils, doctrine qu’elle n’a, de fait, reçue de personne ; qu’a-t-elle depuis toujours affirmé, sinon la procession hors du Père seul ? Car si l’Esprit ne procède pas du Fils, il est clair qu’il procède du Père seul.

     

    Voyez la même chose dans le Credo à propos de la génération. « Né du Père avant tous les siècles ».

    Qui ajoute ici "né du père seul" ? Nous l’entendons pourtant bien ainsi, et nous l’explicitons à qui le demande ; car nous n’avons pas appris que le Fils soit né d’aucun autre !

     Enfin, c’est en raison de cette doctrine que saint Jean Damascène, au nom de l’Église toute entière et de tous les chrétiens, déclare ceci : « Nous ne disons pas l’Esprit issu du Fils » (PG 94, c.832 B.). Si nous ne disons l’Esprit issu du Fils, il est clair que nous le disons issu du Père seul. Aussi dit-il un peu auparavant : « Pour le Fils, nous ne le disons point cause » (Ibid.) et dans le chapitre suivant : « Seul le Père est cause » (Ibid., c.849 B.).

    4. Que disent-ils encore ? "Nous n’avons jamais considéré les Latins comme hérétiques, mais seulement comme schismatiques".

    Cet argument, remarquons-le premièrement, c’est aux Latins qu’ils l’ont emprunté ; ceux-ci nous qualifient en effet de schismatiques, parce qu’ils n’ont rien à nous reprocher sur le dogme, mais estiment que nous avons été rebelles à l’allégeance qu’ils s’imaginent que nous leur devons. Voyons s’il est juste de leur rendre la politesse et si nous n’avons, nous, aucun reproche à leur faire sur la doctrine.

    Ils donnent, on le sait, pour cause du schisme, le fait d’avoir introduit au grand jour l’addition du Filioque qu’ils marmonnaient auparavant entre leurs dents ; pour notre part, nous nous sommes, les premiers, séparés d’eux, ou plutôt, nous les avons séparés et retranchés du corps commun de l’Église. Pour quelle raison, dites-moi ? Parce qu’ils avaient une doctrine orthodoxe ou de justes raisons d’introduire leur addition ? Et qui dira cela, à moins d’avoir la cervelle complètement dérangée ?!

    Ou bien parce que leur dogme était aberrant et impie et l’addition, illégitime ? C’est donc pour cause d’hérésie que nous nous sommes détournés d’eux ; telle fut la raison de notre séparation d’avec d’eux.

    Quelle autre cause pourrait-il y avoir en effet ? Les lois amies de la piété ne déclarent-elles pas : "Est hérétique, et sous le coup des lois concernant les hérétiques, celui qui dévie, si peu que ce soit, de la Foi Orthodoxe" (saint Photios, Nomocanon XII, c.2.). Si donc les Latins n’ont pas dévié d’un pouce de la Foi Orthodoxe, nous n’avons, évidement, pas eu raison de les retrancher de l’Église ; mais s’ils ont complètement dévié, et cela, dans la théologie du Saint Esprit, qu’il est infiniment périlleux de blasphémer, alors ils sont hérétiques, et nous les avons exclus de l’Église pour hérésie.

    Poursuivons. Pourquoi chrismons-nous ceux d’entre eux qui viennent à l’Orthodoxie ? N’est-ce pas, à l’évidence, parce qu’ils sont hérétiques ? Le huitième canon du Deuxième Concile Œcuménique dit en effet : « Ceux qui venant d’une hérésie rentrent dans l’Orthodoxie et s’agrègent à la part des élus, nous les recevons selon les rites et les usages suivants : Ariens, Macédoniens, Sabbatiens et Novatiens qui se donnent le nom de Cathares (Purs) et de Meilleurs, ainsi que les Quartodécimans ou Tétradites et les Apollinaristes, nous les recevons à condition qu’ils donnent un texte écrit, condamnant à l’anathème toute hérésie non conforme au dogme de la Sainte Église de Dieu Catholique et Apostolique, et qu’ils reçoivent, avant d’être admis, le sceau ou chrismation, que nous faisons avec le Saint Chrême sur le front, les yeux, les narines, la bouche et les oreilles, en disant : « Le Sceau du Saint Esprit » [1]. Tu vois dans quel groupe nous classons les Latins qui nous rejoignent ? Si les noms qu’énumère le canon ci-dessus sont tous hérétiques, les Latins le sont certainement.

    Enfin le très sage Patriarche d’Antioche, Théodore Balsamon, écrivait, dans ses Réponses à Marc, très Saint Patriarche d’Alexandrie : "Des prisonniers Latins, et autres personnes, se présentent dans nos églises catholiques et demandent la communion au Divins Sacrements. Pouvons-nous la leur accorder, telle est la question.

    –« Qui n’est pas avec moi est contre moi et qui n’assemble pas avec moi disperse » (Matt. 12: 30 ; Luc 11: 23). Étant donné que depuis de longues années la très célèbre Église d’Occident, celle de Rome, s’est séparée de la communion des quatre autres patriarcats, en s’isolant dans des rites et des dogmes étrangers à ceux de l’Église Catholique et Orthodoxe ; que, pour cette raison, dans la célébration des Divins Mystères, le pape n’a pas l’honneur d’être mentionné parmi les patriarches au moment de l’anaphore ; les personnes de confession latine ne peuvent recevoir des mains du Prêtre la sanctification des Purs et Divins Mystères, à moins qu’elles n’acceptent d’abord de renoncer aux dogmes et aux usages latins, et qu’elles reçoivent, comme l’ordonnent les canons, une instruction catéchétique et deviennent Orthodoxes à part entière" (PG 138, c.968 AB.).

    Tu entends ? Dit-il, oui ou non, qu’ils se sont séparés en s’isolant non seulement dans des rites mais encore dans des dogmes étrangers à l’Orthodoxie –or tout ce qui est étranger à l’Orthodoxie est hérétique– et qu’ils doivent, selon les canons, recevoir une catéchèse et devenir Orthodoxes à part entière ? Or il est clair que s’ils doivent être catéchisés, ils doivent aussi être chrismés. D’où a surgi leur réputation d’orthodoxie, quand tant d’époques et tant de Saints Pères et de Saints Docteurs les ont condamnés comme hérétiques ? Qui les a si facilement rendus orthodoxes ? C’est l’or, si tu veux bien dire la vérité, et les pots de vin que tu as touchés ; ou plutôt, l’or ne les a pas rendus Orthodoxes, mais toi, il t’a fait devenir semblable à eux et t’a donné ton lot parmi les hérétiques.

     [1] Cf. Saint Nicodème, Pidalion, Athènes 1957, p. 163, canon 7.

    5. "Mais si nous arrivions à mettre au point un moyen terme dans les dogmes, nous leur serions unis par ce dogmes mitoyen, tout en restant fidèles à nous-mêmes, sans être forcés de rien dire de contraire à nos habitudes et à nos Traditions". Voilà la belle raison qui a trompé la plupart, depuis le début, et les a engagés à suivre des meneurs qui les ont entraînés au gouffre de l’impiété. Croyant qu’il existe un milieu entre deux opinions, comme c’est le cas pour certains contraires, ces déserteurs se sont jetés dans la gueule du loup.

    Or, s’il est bien possible de trouver, entre deux opinions, une formulation moyenne qui les signifie également l’une et l’autre, par le jeu de l’équivoque, en revanche, entre deux opinions contradictoires relatives au même objet, il ne saurait y avoir d’opinion moyenne ; sans quoi, il y aurait aussi un moyen terme entre le vrai et le faux, entre l’affirmation et la négation. Mais il n’en est rien ; en toute chose, l’alternative est exclusive : ou bien l’affirmation ou bien la négation. Si donc le dogme latin, qui dit que l’Esprit Saint procède aussi du Fils, est vrai, le nôtre est faux puisque nous disons qu’Il procède du Père seul –telle est bien la raison pour laquelle nous nous sommes séparés d’eux ; si le nôtre est vrai, le leur sera forcément faux. Quel milieu peut-il y avoir entre ces deux choses ? Aucun ; sinon une formule ambivalente qui s’adapte aux deux opinions comme un cothurne qui va aussi bien au pied droit qu’au pied gauche. Et c’est une formule de ce genre qui nous unira ? Et que ferons-nous, quand nous en viendrons à l’examen mutuel du contenu de nos croyances et de nos doctrines ? Ou si nous pouvons nous appeler les uns les autres Orthodoxes quand nous pensons à l’opposé les uns des autres ? Pour moi, je ne crois pas ; à toi de voir, toi qui as l’art de tout embrouiller et de donner aux choses le nom qu’il te plait. Veux voir ci-dessous comment Saint Grégoire le Théologien parle des formules moyennes ?

    « C’était une figurine qui vous regarde de quelque côté que vous arriviez, un cothurne qui s’adapte aux deux pieds, un crible à tous les vents (Ecclésiastique "Siracide" 5: 9), tirant son autorité de leur malice à interpréter l’Écriture et de l’artifice imaginé contre la vérité ; car cette formule de "semblable selon les Écritures" était un appât qui recouvrait l’hameçon de l’impiété » (Grégoire de Nazianze, Homélie sur saint Athanase PG 35, c.1108 A.). Voilà pour le moyen terme qu’on avait inventé à l’époque. Du concile qui l’avait imaginé, il dit encore : « De quel nom appeler cette assemblée ? Tour de Babel, qui vit la juste confusion des langues –plût au ciel qu’elles se fussent ainsi confondues, ces langues à l’unisson dans le mal ! – Sanhédrin de Caïphe, qui condamna le Christ ? D’un autre nom encore ? Cette assemblée a tout confondu et renversé : elle a aboli l’antique et sainte doctrine de la Trinité et l’égalité d’honneur qui est son partage, en dressant ses batteries contre le CONSUBSTANTIEL et en battant ce rempart en brèche ; bref, elle a ouvert la voie à l’impiété, par ce moyen terme entre ce qu’on dit et ce qui est écrit. Car "ils ont eu de la sagesse pour mal faire, mais ils n’ont point su faire le bien" Jér. 4,22 » (Grégoire de Nazianze, ibid. c. 1105 C.)

    Voilà qui nous suffira sur cette question du moyen terme : nous avons amplement démontré qu’il n’en existe absolument pas et qu’une telle recherche est impie et étrangère à l’Église.

    6. Mais quelle attitude adopter, demandera-t-on, à l’égard de ces Gréco-latins mi-figue mi-raisin, qui, en bons amateurs des solutions moyennes, divisent en trois catégories les dogmes et les rites des Latins : ceux qu’ils approuvent ouvertement et sans réserve ; ceux qu’ils approuvent, mais sans les embrasser ; ceux qu’ils désapprouvent totalement ?

    Fuyez-les ! Fuyez-les comme des serpents, comme des gens qui font commerce du Christ, au gros et au détail, ou pire encore. Car ils sont de ceux qui, selon le Divin Apôtre, font de la piété une source de bénéfice (1 Tim. 6,5) et dont il dit encore « Fuis cette engeance » (1 Tim. 6, 11) car ce n’est point pour s’instruire, mais pour se remplir les poches qu’ils sont passés à l’ennemi. « Or qu’y a-t-il de commun entre la Lumière et les ténèbres ? Quelle entente du Christ avec Bélial ? Ou quelle part, du fidèle avec l’infidèle ? » (2 Cor. 6, 14-15).

     

    Car voici les faits : nous, avec saint Jean Damascène (PG 93, c.882 B) et tous les Pères sans exception, nous disons que l’Esprit ne procède pas du Fils ; eux, avec les Latins, disent que l’Esprit procède du Fils.

     

    Et nous, avec le Divin Denys, nous disons que le Père est la seule source de la Divinité suressentielle (PG 3, c.641 D) ; eux, avec les Latins, disent que le Fils aussi est source de Saint Esprit, expulsant par conséquent ce dernier hors de la Divinité.

     

    Nous, avec Saint Grégoire le Théologien, nous distinguons le Père du Fils par la causalité (PG 36, c.252 A) ; eux, avec les Latins, le conjoignent par la causalité.

     

    Nous, avec le vénérable Maxime, les Romains de son époque et les Pères occidentaux, nous ne faisons pas du Fils la cause de l’Esprit (PG 91, c.136 A) ; eux déclarent que le Fils est, selon les Grecs, "cause", selon les Latins "principe" de l’Esprit, dans leur Définition de Foire (il est juste de la décorer de cette appellation, puisqu’ils l’ont signée en foirant de peur).

     

    Nous, avec Justin, philosophe et Martyr, nous disons que l’Esprit sort du Père, comme le Fils sort du Père (PG 6, c.1224 A) ; eux, avec les Latins, disent que le Fils sort immédiatement, mais l’Esprit médiatement du Père.

     

    Nous, avec Saint Jean Damascène (PG 94, c.824 A) et tous les Pères sans exception, nous confessons ignorer en quoi diffèrent génération et procession ; eux, avec Thomas et les Latins, disent que les deux provenances différent par le médiat et l’immédiat.

     

    Nous, nous disons, selon les Pères, que la Volonté et l’Énergie de la nature Divine et incréée, sont incréées ; eux, avec les Latins et Thomas, disent que la volonté est la même chose que l’essence, et que l’énergie divine est créée, même si elle reçoit le nom de divinité, de lumière divine et immatérielle, d’Esprit Saint, et tous autres noms similaires ; ainsi ils élèvent les créatures infirmes au rang de divinité créée, de lumière divine créée, d’Esprit Saint créée !

    Nous affirmons que ni les Saints ne jouissent déjà du Royaume qui leur a été préparé et des biens indicibles, ni les pécheurs ne sont déjà tombés dans la géhenne, mais que les uns comme les autres attendent leur lot respectif, qui appartient au temps d’après la Résurrection et le Jugement ; eux, avec les Latins, veulent que les uns jouissent déjà, aussitôt après la mort, de ce dont ils sont dignes ; pour ceux qui sont dans l’entre-deux, c’est-à-dire qui sont morts sans avoir achevé de faire pénitence, ils ont inventé un feu purgatoire, différent de celui de la géhenne, auquel ils confient ces défunts afin, disent-ils, que leurs âmes une fois purifiées par ce feu, après la mort, ils trouvent eux aussi place dans le Royaume avec les Justes ; doctrine qui a même été consignée dans leur Définition de Foi.

     

    Nous, fidèles aux canons que les Apôtres ont fixés, nous abhorrons le pain azyme des Juifs ; eux déclarent dans la même Définition que le sacrifice que les Latins consacrent dans leur liturgie est le Corps du Christ.

     

    Nous disons que le simple fait d’avoir ajouté quelque chose au symbole de la Foi est illégitime, anti-canonique et anti-patristique ; eux le définissent comme un acte légitime et bien fondé ; tant ils savent s’accorder avec eux-mêmes et avec la vérité !

     

    Nous considérons le pape comme un patriarche parmi les autres, et cela, bien sûr, s’il est orthodoxe ; eux le proclament fort pompeusement vicaire du Christ, et père et docteur de tous les chrétiens. Puissent-ils être plus heureux que leur père, s’ils lui ressemblent quant au reste [2] ! Car lui joue de malchance et n’est pas heureux avec cet antipape qui le taraude sans cesse –et nos hommes n’ont pas envie d’imiter leur père et docteur !

    [2] Sophocle, Ajax. Saint Marc joue sur le nom de l’antipape Félix (Heureux).

    7. Fuyez-les donc, frères, eux et leur communion ; « ces hommes sont de faux apôtres, des artisans d’imposture, déguisés en apôtres du Christ. Rien d’étonnant du reste, car Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Ce n’est donc pas merveille si ses serviteurs eux aussi prennent l’apparence de serviteurs de la justice, eux dont la fin sera selon les œuvres » (2 Cor. 11, 13-15).

    Ailleurs, le même Apôtre dit encore d’eux : « De tels hommes ne servent pas Notre Seigneur Jésus Christ, mais leur propre ventre et par et par leurs belles paroles et leur langage doucereux, ils abusent les cœurs les plus simples (Rom. 16, 18) ; mais le solide fondement de la Foi tient bon, scellé de ce sceau (2 Tim. 2, 19) ». Et ailleurs : « Prenez garde aux chiens, prenez garde aux mauvais ouvriers, prenez garde aux faux circoncis » (Phil. 3, 2) ; ailleurs encore : « Si quelqu’un vous annonce un Évangile différent de celui que vous avez reçu, quand même ce serait un Ange descendu du ciel, qu’il soit anathème ! » (Gal. 1,8).

    Voyez la prophétie que renferme cette parole : « quand même ce serait un Ange descendu du ciel » afin que personne ne vienne vous objecter la primauté papale. Et le disciple bien-aimé : « Si quelqu’un vient à vous sans apporter cette doctrine, ne le recevez pas sous votre toi, ne lui dites pas bonjour ; car celui qui dit bonjour participe à ses œuvres mauvaises » (2 Jn 10-11).

    Les Saints Apôtres vous ayant fixé ces règles, tenez ferme et gardez les traditions écrites et non écrites que vous avez reçues, de peur que l’égarement des sans-loi ne vous séduise et ne vous fasse choir de votre propre constance.

     

    Puisse le Dieu Tout-Puissant faire que ces hommes reconnaissent leur erreur et qu’Il nous délivre de cette ivraie nuisible et nous rassemble dans ses greniers comme un froment pur et bon, dans le Christ Jésus Notre Seigneur ; à Lui convient toute Gloire, Honneur et Adoration, avec son Père sans principe et son tout Saint, Bon et Vivifiant Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen !

     

     

    +

     

     

     

     

  • Saint Jean CHRYSOSTOME (Bouche d'Or)

    058[amolenuvolette.it]1351 1400 saint jean chrysostome icone en mosaïque constantinople.jpg

    http://jesusmarie.free.fr/jean_chrysostome.html

     

    http://www.liberius.net/livres/Saint_Jean_Chrysostome_000000766.pdf

     

    http://www.migne.fr/textes/peres-eglise/28-pdf-016-jean-chrysostome-homelies-sur-saint-paul

     

    http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/chrysostome/

     

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5628055f/f4.image

     

    http://archive.org/search.php?query=Chrysostome%20oeuvres%20compl%C3%A8tes

     

    +

     

  • Les Septante - traduction en français (7 volumes - format pdf)

    +

    L'Ancien Testament

    https://ia600502.us.archive.org/4/items/LaBibleDesSeptanteEnFrancaisVol1/Giguet_vol_1.pdf

    +

    https://ia800503.us.archive.org/7/items/LaBibleDesSeptanteEnFrancaisVol2/Giguet_vol_2.pdf

    +

    https://ia700400.us.archive.org/20/items/LaBibleDesSeptanteEnFrancaisVol3/Giguet_vol_3.pdf

    +

    https://ia700400.us.archive.org/0/items/LaBibleDesSeptanteEnFrancaisVol4/Giguet_vol_4.pdf

    +

    https://ia800504.us.archive.org/30/items/LePremierLivreDesdras/SeptanteEsdrasA.pdf

    +

    https://ia600503.us.archive.org/35/items/LeTroisiemeLivreDesMaccabees/3_maccabeesReuss.pdf

    +

    https://ia800501.us.archive.org/20/items/LeQuatriemeLivreDesMaccabees/4Maccabes.pdf

    +


    +

    Le Nouveau Testament

    http://saintebible.com/lsg/matthew/1.htm

     

    +

  • Pour la défense de la mémoire du vénérable Père Wladimir GUETTEE

    Père vénérable Wladimir Guettée.jpg

    Le vénérable Père Wladimir Guettée.

     

    " Souvenirs d'un Prêtre "

     http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5773595r.r=wladimir+guett%C3%A9e.langFR

     

     

  • Bibliographie

    http://data.bnf.fr/documents-by-rdt/12253036/70/page1

     

    Bibliographie complétée et mise à jour des œuvres du Père Wladimir GUETTÉE

    (1816-1892)

    Note aux lecteurs et chercheurs : Tous ces livres et documents sont consultables à la Bibliothèque nationale de Paris; à la grande Bibliothèque de France F. Mitterrand [voir également le site très complet GALLICA-BnF sur internet]; à la prestigieuse Bibliothèque Sainte Geneviève à Paris : http://www-bsg.univ-paris1.fr/bsg/home.htm; à la bibliothèque de l'Arsenal à Paris, au département des livres imprimés, ainsi qu'au service des microfiches; à la Bibliothèque de Lyon, cette dernière dispose d'un catalogue sur Internet. La Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg possède de très nombreux ouvrages du Père W. Guettée. Voir également le moteur de recherches Google qui propose des ouvrages complets aux formats numérisés et  PDF. (Lectures et téléchargements gratuits)

     

    (1) GUETTÉE (Abbé René-François-Wladimir). Acte d'appel adressé au pape, par M. l'abbé Guettée, d'une décision de M. François-Nicolas-Madeleine-Morlot, cardinal archevêque de Paris. (31 décembre 1857) Paris, Imprimerie de Dubuisson (s.d.). In-8°, 19 p.

    [ cote 8° Ln27.9284 ] Voir la microfiche m 20356.

     

    (2) Deux prétendus savants en présence de la science et de la religion, ou Réponse à MM. G. Wyrouboff et E. Goubert, par M. l'abbé Guettée. Paris, librairie de l'Union chrétienne, 1865. In-12, 24 p.

    [ cote Sp. 5323 ] Voir la microfiche m 18548.

    Relation BNF et lecture de l'ouvrage en ligne : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31672430h

     

     

    (3) Du discours d'ouverture ( du cours des langues hébraïque, chaldaïque et syriaque, au Collège de France ) de M. E. Renan, par M. l'abbé Guettée. Paris, E. Dentu, 1862. In-8°, 15 p.

    [ cote 8° O2. 311 ] Voir la microfiche m 20357.

     

    (4) De l'Encyclique du 8 décembre 1864, par un docteur en théologie ( l'abbé R.-F.-W. Guettée ) Paris, Dentu, 1865. In-8°, 75 p.

    [ cote D. 56544 ] Voir la microfiche m 18549.

     

    (5) E. Renan devant la science, ou Réfutation de la prétendue " Vie de Jésus " de M. E. Renan au triple point de vue de l'exégèse biblique, de la critique historique et de la philosophie, par M. l'abbé Guettée. Deuxième édition - Paris, librairie de l'Union chrétienne, 1864. In-8°. VIII-470 p. Voir également la rubrique n° (30).

    a) Tolbiac [ cote H. 14974 ] Voir les microfiches m 18706 et 22847.

    Ouvrage en PDF : http://wladimirguettee.hautetfort.com/media/01/00/703608004.pdf

    Relation BNF et lecture de l'ouvrage en ligne : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30553411r

     

    b) Arsenal [ cote 8 - H - 18644 ] (1); Doc. numérisé : NUMM- 65596.

    Lien similaire pour cet ouvrage au format numérisé :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65596n/f4.image

     

    (6) Essai bibliographique sur l'ouvrage de Bossuet intitulé : " Avertissement sur le livre des réflexions morales ", ou Réfutation des assertions de M. Poujoulat relatives à cet ouvrage, avec un appendice sur quelques réflexions de M. Dulac, de " l'Univers ", par l'abbé Guettée. Paris, J. Renouard, 1854. In-8°, 31 p.

    [ cote D. 36993 ] Voir la microfiche m 20308 ou 20358.

    Ouvrage PDF : https://books.google.fr/books?id=uxLRDsjNmTwC&printsec=frontcover&dq=Wladimir+Guett%C3%A9e&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Wladimir%20Guett%C3%A9e&f=false

     

    (7) Exposition de la doctrine de l’Église catholique orthodoxe, accompagnée des différences qui se rencontrent dans les autres églises chrétiennes, par W. Guettée. Paris, librairie de l'Union chrétienne, 1866. In-16, XLI-487 p.

    [ cote D2. 12394 ] voir la microfiche m 18707.

    Ouvrage PDF : https://books.google.fr/books?id=LZ9DAAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=Wladimir+Guett%C3%A9e&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Wladimir%20Guett%C3%A9e&f=false

     

    (8) Ekqesiz thx didaskaliaz thz orqodozon kaqolikhz ekklhsiaz, meta twn en taiz loipaiz cristianikaiz ekklhsiaiz apantiomenwn diaforwn upo B. Gettee. metafrasiz Markou Dhm. Mpalampanwz. Paris, librairie de l'Union chrétienne, 1867. In-16, XLIX-517 p. en grec.

    [ cote D2. 12468 ] Voir les microfiches m 21604; m 25358.

    Accès à cet ouvrage au format PDF : http://books.google.com/books?id=hN-V2-vNkD0C&hl=fr&pg=PP1#v=onepage&q&f=false

     

     

    (9) Histoire de l’Église de France, composée sur les documents originaux et authentiques, par l'abbé Guettée. Paris, V. Masson ( J. Renouard, etc. ), 1847-1856. 12 volumes In-8°.

    [ cote 8° Ld2. 16 ] Édition de 1857 : T. I-IX. [ cote 8° Ld2. 16 C - tomes 1 à 12 ]

    [ cote 8-H-18740 (complet); 8-H-18741 tomes : 9, 3 ]

    [ cote FB-30524 à 30535 - 12 tomes, Ed. Lyon, Paris - Guyot frères - 1847-1857 ]

    Ouvrages en PDF :

    tome 1 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=wu.89092548353;view=1up;seq=9

    tome 2 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=wu.89092548403;view=1up;seq=9

    tome 3 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=wu.89092548775;view=1up;seq=9

    tome 4 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=wu.89092548742;view=1up;seq=9

    tome 5 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=wu.89092548726;view=1up;seq=7

    tome 6 : https://books.google.fr/books?id=050FAAAAQAAJ&printsec=frontcover&dq=Wladimir+Guett%C3%A9e&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Wladimir%20Guett%C3%A9e&f=false

    tome 7 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=wu.89092548783;view=1up;seq=9

    tome 8 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=wu.89092548718;view=1up;seq=9

    tome 9 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=wu.89092548692;view=1up;seq=9

    tome 10 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=iau.31858042702260;view=1up;seq=9

    tome 11 : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=iau.31858042702278;view=1up;seq=9

    tome 12 : http://books.google.com/books?id=_hlX12k0xYMC&hl=fr&pg=PA468#v=onepage&q&f=false

     

    Identifiant ouvrages en ligne :

    tome 1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211752d

    tome 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211897b

    tome 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211903m

    tome 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211642p

    tome 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211905f

    tome 6 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211633q

    tome 7 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62120151

    tome 8 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62119041

    tome 9 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211749x

    tome 10 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62118995

    tome 11 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211898r

    tome 12 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211901s

    Relation BNF : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb305534154

     

    (10) Histoire de l’Église de France, ou Histoire du christianisme en France depuis son origine jusqu'à nos jours, par l'abbé Guettée. Paris, au bureau de l'administration de l'Histoire de l’Église de France, 1853. In-8°, 36 p.

    [ cote 8° Ld2. 17 ] (Extrait du T. VIII de l'ouvrage précédent ) Voir les microfiches m 20359; m 23754 - 9 tomes.

    Ouvrage en PDF : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=hvd.hnxdum;view=1up;seq=5

     

    (11) Histoire de l’Église, depuis la naissance de N.-S. Jésus-Christ jusqu'à nos jours, composée sur les documents originaux et authentiques, par Wladimir Guettée, T.I. Paris, Cherbuliez, ( 1869 ). In-8°.

    [ cote H. 14980 ] ( Il y a trois volumes consultables dont les tomes suivants : 1, 4, 6. )

     

    (12) Histoire des Jésuites, composée sur les documents authentiques en partie inédits, par l'abbé Guettée. Paris, Huet, 1858-1859. 3 vol. In-8°.

    [ cote H. 14975-14977 ] - [ cote H. 14978 ] 2ème édition - Paris, A. Sagnier, 1872.

    Ouvrage PDF : https://books.google.fr/books?id=d84CAAAAQAAJ&printsec=frontcover&dq=Wladimir+Guett%C3%A9e&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Wladimir%20Guett%C3%A9e&f=false

     

    (13) 1872. 2ème édition - Paris, A. Sagnier. In-8°.

    [ cote H. 14978 ] (T. I. incomplet )

    Ouvrage PDF : https://books.google.fr/books?id=l6NTAAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=Wladimir+Guett%C3%A9e&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Wladimir%20Guett%C3%A9e&f=false

     

    (14) Introduction. Voir BESOIGNE (Jérôme ). Vie de M. Henri Arnauld, évêque d'Angers. Nouvelle édition - Angers, 1863. In-8°.

    [ cote 8° Ln27. 638 ]

     

    (15) Jansénisme et jésuitisme, ou Examen des accusations de jansénisme soulevées par M. Lequeux, contre l'abbé Guettée. Paris, Huet, 1857. In-8°, III-118 p.

    [ cote 8° Ld4. 5297 ] Voir la microfiche m 20360.

    Ouvrage PDF : https://books.google.fr/books?id=z8QCAAAAQAAJ&printsec=frontcover&dq=Wladimir+Guett%C3%A9e&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Wladimir%20Guett%C3%A9e&f=false

     

    (16) Première lettre à Mgr Sibour, archevêque de Paris, à propos d'une mesure qu'il a cru pouvoir prendre contre M. l'abbé Guettée. Paris, l'auteur, 1856. In-8°, 14 p.

    [ cote 8° Ld2. 19 ] Voir la microfiche m 21605.

     

    (17) Lettre à M. Dupanloup, évêque d'Orléans, à propos de sa pastorale au clergé et aux fidèles de son diocèse, à l'occasion des fêtes de Rome, et pour leur annoncer le futur concile œcuménique, par l'abbé Guettée. Paris, Lebigre-Duquesne frères, 1868. In-8°, 44 p.

    [ cote D2. 12777 ] Voir la microfiche m 21606.

     

    (18) Lettre { 2ème lettre } à M. le prince Augustin Galitzin, par l'abbé Guettée. Paris, bureaux de l'Union chrétienne, 1862. Deux pièces In-8°.

    [ cote 8° Ln27. 9287 ] Voir la microfiche m 21607.

     

    (19) Lettre au R. P. Gagarin, de la Cie de Jésus, touchant l’Église catholique orthodoxe et l’Église romaine, ou Défense de " la Papauté schismatique " [cote D2. 13531] contre les calomnies et les erreurs du parti jésuitique, caché sous le pseudonyme de Boulgak, par l'abbé Guettée. Paris, librairie de l'Union chrétienne, 1867. In-8°, v-89 p.

    [ cote D2. 12728 ] Voir la microfiche m 18550.

     

    (20) Mémoire à consulter touchant une décision anti-canonique de M. Morlot, à l'encontre de M. l'abbé Guettée. ( 1er février 1858 ) - Paris, imprimerie de Dubuisson (s.d.). In-8°, 47 p.

    [ cote 8° Ld27. 9285. ] Voir la microfiche m 21611.

     

    (21) Mémoires pour servir à l'histoire de l’Église de France pendant le XIXème siècle, par R.-F.-W. Guettée, T. I. - Paris, Fischbacher, 1881. In-8°.

    [ cote 8° Ld3. 402 ]

     

    (22) Notice historique et archéologique sur l'église de Saint-Lubin à Suèvres, par M. l'abbé Guettée. Blois, imprimerie de Morard, 1850. In-8°, 18 p. et pl.

    [ cote 8° Lk7. 9592 ] Voir la microfiche m 21608.

     

    (23) Le nouveau dogme en présence de l’Écriture Sainte et de la Tradition catholique, ou lettres à Mgr Malou, évêque de Bruges, sur son livre intitulé : " L'Immaculée Conception de la B. Vierge, considérée comme dogme de Foi ", par M. l'abbé R.-F.-W. Guettée. - Paris, A. Johanneau (1859). In-8°, XLVII - 240 p.

    [ cote D. 46111 ] Voir la microfiche m 18708.

     

    (24) Observations d'un théologien sur la bulle de Pie IX relative à la conception de la Sainte Vierge, par l'abbé R.-F.-W. Guettée. Paris, chez les principaux libraires, 1855. In-8°, 75 p.

    [ cote D. 46326 ] Voir la microfiche m 18709.

     

    (25) La Papauté hérétique, exposé des hérésies, erreurs et innovations de l’Église romaine depuis la séparation de l’Église catholique au IXème siècle, par Wladimir Guettée. Paris, Sandoz et Fischbacher, 1874. In-8°, XII - 376 p.

    [ cote D2. 13856 ] Voir la microfiche m 20361. 

    Ouvrage PDF : https://books.google.fr/books?id=7-YbmvQv7e8C&printsec=frontcover&dq=Wladimir+Guett%C3%A9e&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Wladimir%20Guett%C3%A9e&f=false

    Ouvrage en PDF : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nnc1.cr60150203;view=1up;seq=7

     

     

    (26) La Papauté moderne condamnée par Saint Grégoire-le-Grand, extraits des ouvrages de Saint Grégoire-le-Grand traduits et commentés par l'abbé Guettée. Paris, Dentu, 1861. In-8°, 61 p.

    [ cote D2. 13532 ] Voir la microfiche m 20363.

    Relation BNF  lecture de l'ouvrage en ligne : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30553432q

     

    (27) La Papauté schismatique, ou Rome dans ses rapports avec l’Église orientale (Orthodoxe), par M. l'abbé Guettée. Paris, librairie de l'Union chrétienne, 1863. In-8°, XV - 398 p.

    [ cote D2. 13531 ] Voir la microfiche m 20362.

    Ouvrage PDF : https://books.google.fr/books?id=21lIAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=Wladimir+Guett%C3%A9e&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Wladimir%20Guett%C3%A9e&f=false

    Ouvrage en PDF : http://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=nnc1.cr00312045;view=1up;seq=9

     

    (28) 1874. 2ème édition. Paris, Sandoz et Fischbacher. In-8°, XIX - 398 p.

    [ cote D2. 13855 ]

     

    (29) Réflexions ... intitulées : A propos d'un article inséré dans le " Courrier des Sciences ". (Extrait de " l'Union chrétienne ", 29 janvier 1865.) Voir VYROUBOV (Grigorii). La Science vis-à-vis de la religion. Paris, 1865. In-8°.

    [ cote R. 54178 ] Voir la microfiche m 21609.

     

    (30) Réfutation de la prétendue " Vie de Jésus " de M. E. Renan, ... par M. l'abbé Guettée, 1ère partie. Paris, librairie de l'Union chrétienne, 1863. In-8°, 462 p. Voir également la rubrique n° (5).

    [ cote H. 14979 ] [ cote P93/000999 ] 

    Lecture de l'ouvrage en ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65596n/f4.item.zoom

    Relation BNF : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30553411r

     

    (31) Requête et mémoire adressés à S. Exc. le ministre des Cultes, par M. l'abbé Guettée, en appel comme d'abus d'une décision de M. Morlot, 1er février 1858. - Paris, imprimerie de Dubuisson (s.d.). In-8°, 18 p.

    [ cote 8° Ln27. 9286 ]

     

    (32) Dr Wladimir Guettée. Souvenirs d'un prêtre romain devenu prêtre orthodoxe. - Paris, Fischbacher, 1889. In-8°, 421 p. et portrait.

    [ cote 8° Ln27. 39272 ]

    Lecture de l'ouvrage en ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5773595r

    Relation BNF : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30553437f

     

    (33) Supplément aux décrets du concile de la province de Bordeaux, célébré à la Rochelle en 1853 et publié en 1855, ou Défense de " l'Histoire de l’Église de France " contre les imputations contenues dans ces décrets, par M. l'abbé Guettée. Paris, l'auteur, 1855. In-8°, 47 p.

    [ cote 8° Ld2. 18 ] Voir la microfiche m 21612.

     

    (34) Une injustice. Appel à l'opinion publique d'une décision prise par le conseil de la Légion d'honneur, sur un avis illégal et calomnieux de M. Batbie, ... Signé : W. Guettée. - Bruxelles, imprimerie de Combe et Vande Weghe, 1874. In-8°, 31 p.

    [ cote 8° Ln27. 56677 ] Voir la microfiche m 21610.

     

    (35) Ed. CLEMENCET (Dom Charles). Histoire littéraire de Port-Royal. Publiée avec une introduction et la biographie de l'auteur par Monsieur l'abbé Guettée. Paris, 1868. In-8°. Deux exemplaires.

    [ cote 8° Ld3. 253 et Z. 45572 ] T.I. Voir la microfiche m 21613. (1)

    Ouvrage en PDF : https://books.google.fr/books?id=I9w8AAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=Wladimir+Guett%C3%A9e&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=Wladimir%20Guett%C3%A9e&f=false

    Relation BNF : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36064212z

     

    (36) Ed. LE DIEU (Abbé François). Mémoires et journal sur la vie et les ouvrages de Bossuet. - Paris, 1856-1857. Quatre volumes In-8°.

    [ cote 8° Ln27. 2496 ] Voir la microfiche m 21614. (1-4)

     

    (37) L'infaillibilité Papale en présence de la Sainte Écriture, de la Tradition Catholique et de la raison; ou lettres à Mgr Deschamps. Auteur : W. Guettée. (Docteur en théologie) Paris, 1870. Joël Cherbuliez, libraire-éditeur. 168 p.

    Classement de cet ouvrage dans le fichier des anonymes à la Bibliothèque nationale.

    [ cote E. 8073 ] 1

     

    AUTRES OUVRAGES   

    (38) La Divine Liturgie de notre Saint Père Jean CHRYSOSTOME - traduction nouvelle de l’Église catholique orientale - Paris, Fischbacher (s.d.). Réédition : 1913.

    Voir la microfiche m 18710.

    [ cote BB 8° SUP 372 ] Cette dernière cote est attribuée à la bibliothèque Sainte-Geneviève, à Paris.

     

    REVUES

    (39) L'Observateur catholique, 12 volumes (1855-1866)

    [ cote : 8° Lc3. 83 ]

     

    (40) L'Union chrétienne, (1859-1891)

    1ère série : 7 volumes In-4

    2ème série : 7 volumes In-8

    11 volumes édités en France de 1859 à 1867 - et de 1868 à 1870.

    Volumes de 1870 à 1891 : édités en Belgique.

    [ cote : D. 2709 et D. 64175 ]

     

    De la mise à l'index de l'Histoire de l’Église de France - Paris, Bureaux de l'Union chrétienne, 1852.

     

    Lettres à quelques évêques, Paris, Bureaux de l'Union chrétienne, 1853-1854.

    Lettre à Mgr Pallu-Duparc, Évêque de Blois, contre la liturgie romaine.

    Lettre à Mgr Baillès, Évêque de Luçon, contre l'Index de Rome.

    Lettre à Mgr de Bonald, Archevêque de Lyon, contre l'autocratie papale.

     

    Très humble remontrance à Mgr l'Archevêque de Paris, à propos de son mandement sur l'Immaculée-Conception. Paris, Bureaux de l'Union chrétienne, 1855.

    Observations touchant le mandement de Mgr l'Archevêque de Paris (Mgr Sibour) sur le retour à la liturgie romaine - Paris, Bureaux de l'Union chrétienne, 1856.

    Mémoires contre un acte arbitraire et despotique de Mgr Morlot, cardinal-évêque de Paris (trois brochures), Paris, Bureaux de l'Union chrétienne, 1856.

    Réfutation du cours d'histoire ecclésiastique de M. l'abbé Lavigerie (aujourd'hui évêque de Nancy) contre Port-Royal. Paris, Bureaux de l'Union chrétienne, 1857.

     

    (41) Mémoire soumis à l'empereur Napoléon III, sur la restauration de l’Église gallicane. Paris, Bureaux de l'Union chrétienne, 1861. Imprimerie de Dubuisson, 20 p.

    [ cote L4d 5564 ]

     

    Histoire de l’Église, depuis la naissance de N. S. Jésus-Christ jusqu'à nos jours, composée sur les documents originaux et authentiques. (sept tomes) Paris, Cherbuliez, puis Sandoz et Fischbacher, 1869.

    Tolbiac - [ cotes H-14980 (1); H-14980 (4); H-14980 (6) ]

     

    (42) La Russie et son Église : Lettre à M. Soloviev, à propos de la brochure intitulée " L'idée russe ". Paris, Fischbacher, 1888 (se trouve à la bibliothèque du Saulchoir, à Paris.)

    [ cote 141 - SOL - GUE, n° 16016 ]

    Voir également l'ouvrage édité en 1990 par la Fraternité Orthodoxe Saint Grégoire PALAMAS : " Lettre à Soloviev - La Russie et son Église -, par le Père Wladimir GUETTÉE.

    ISBN 2-908 197-22-7.

    ISSN 0758-4873.

    Voir également sur le même sujet, la cote [ 8° M. Pièce 8209 ]

     

    Liturgie et Catéchisme à l'usage des fidèles de l’Église Catholique Gallicane.

     

    The Papacy; its historic origin and primitive relations with the Eastern churches. Translated from the French, and prefaced by original biographycal notice of the author. With an introd. by A. Cleveland Coxe : New York, Minos Pub. Co. n. d.

    New York, Minos Pub. Co, 1866.

    New York, Carleton, 1867.

    New York, Minos Pub. Co, 1954.

    Traduction des Quatre Évangiles.

     

    (43) Histoire de l’Église de France, composée sur les documents originaux et authentiques, par l'abbé W. Guettée (René-François-Wladimir).

    Tome I (-XII), 1847-1857.

    Douze volumes - In-8°

    Le tome 12 est suivi d'un supplément ou " Défense de l’Église de France " du même auteur.

    [ cote H 8° 547 ter inv. 3290 à 3301 ] cette cote est attribuée à la bibliothèque Sainte-Geneviève, à Paris.

     

    (44) Jansénisme et jésuitisme, ou examen des accusations soulevées par M. Lequeux contre l'abbé GUETTÉE. Paris, 1857. In-8°, (III-118 p.)

    [ cote D 67.033 ] cette cote est attribuée à la bibliothèque Sainte Geneviève, à Paris. (76.147.)

     

    (45) Supplément aux décrets du Concile de la Province de Bordeaux, célébré à la Rochelle en 1853 et publié en 1885, ou Défense de l'Histoire de l’Église de France contre les imputations contenues dans ces décrets. 1855 - Paris, In-8°. 47 p. Guettée W.

    [ cote Br 66.392. ] et [ cote H 8° 547 ter inv. 3301. ] (pièce 2.) ces cotes sont attribuées à la bibliothèque Sainte-Geneviève, à Paris.

     

    (46) Éditions de CLEMENCET (Dom Charles). Histoire littéraire de Port-Royal. T1. - Paris, 1868. GUETTÉE (abbé René-François-Wladimir).

    [ cote Q 8°SUP 1. 204. ] cette cote est attribuée à la bibliothèque Sainte-Geneviève, à Paris.

     

    ÉTUDES & RÉ ÉDITIONS

    GUETTÉE Wladimir, " DE LA PAPAUTÉ " - textes choisis et présentés par le Père Patric RANSON. Éditions L'AGE D'HOMME - collection : La Lumière du Thabor. Lausanne - Paris, 1990. 248 p.

    ISBN 2-8251-0104-4.

     

    Un précurseur Wladimir GUETTÉE. Monastère orthodoxe Saint-Michel, à Lavardac - 47230. 1992. Jean-Paul BESSE. 176 p.

     

    GUETTÉE Wladimir, " La Papauté schismatique " - Collection Documents Monastère orthodoxe Saint-Michel. Lavardac, 47230.

    GUETTÉE Wladimir, " La Papauté hérétique " - Collection Documents Monastère orthodoxe Saint-Michel. Lavardac, 47230.

     

    Histoire de l’Église, depuis la naissance de Notre Seigneur Jésus-Christ jusqu'à nos jours. Composée sur les documents originaux et authentiques par Wladimir Guettée. Sept tomes. Réédités par le Monastère orthodoxe Saint-Michel - Lavardac, 47230.

    SSN 0753 - 4086.

     

    Père Wladimir GUETTÉE et Port-Royal. 127 p. Skit du Saint-Esprit. Le Mesnil-Saint-Denis. 1992.

    ISBN 2-9507360-0-9.

     

    CAHIERS GUETTÉE, 1 numéro de 100 p. 1993.

    Le Père Wladimir Guettée (1816-1892) de bienheureuse mémoire, historien précis, théologien et exégète, fut l'un de ces admirables témoins qui, en plein 19ème siècle revint à l’Église orthodoxe et fit connaître à l'Occident la Foi des Saints Pères et l’Église une du Crédo de Nicée-Constantinople.

    Cahiers Guettée entend d'abord rendre hommage au remarquable historien qu'il a été, et peu à peu republier les pages essentielles de son œuvre considérable, partialement occultées avec acharnement par ses adversaires. De plus, ils font connaître les nombreux écrits qui, se fondant sur les textes patristiques, ont objectivement démontré le peu de fondement, dans la véritable Tradition chrétienne, de la Papauté et de ses dogmes erronés.

    C'est aussi à une étude renouvelée du schisme entre l'Orient chrétien et l'Occident qu'ils nous incitent, étudiant lucidement, dans des sources toujours négligées jusqu'ici, la résistance et le rejet, à l'intérieur même de l'Occident, des innovations des théologiens Francs puis des scholastiques et, ainsi d'ailleurs jusqu'à nos jours face à l'apostasie de l’œcuménisme.

    ISSN 1247-3006.

     

    Site de la grande bibliothèque nationale de France :

    http://data.bnf.fr/documents-by-rdt/12253036/70/page1

    _______


     

    +

     

     

  • Annexe sur le Mémorandum / sur les néo-calendaristes.

     

    Saint-Basile-de-Grand-ou-Basile-de-Césarée-Fresque-Ohrid-Macédoine.jpg

    Document annexe au Mémorandum du calendrier de l’Église

     

    RÉPONSES AUX NÉO-CALENDARISTES

     

    Publié dans les éditions "Age d'homme"

    Institut Saint Épiphane de Salamine (sous la juridiction de Mgr Sébastien de Chypre)

     

    Mardi 24 juin/ 7 juillet 1993 - Nativité de saint Jean Baptiste

                A propos de l'émission : « A la lumière de l'Orthodoxie » diffusée sur LOGOS le 30 juin du calendrier civil, sur le thème : « L'ancien et le nouveau calendrier », avec la participation de M. Phédon Papadopoulos, professeur de théologie, nous désirons faire quelques remarques, par amour de la Vérité. Certes, on ne saurait songer à reprocher à la hiérarchie néo-calendariste un souci de catéchiser ses fidèles; mais elle devrait le faire sur d'autres bases que celles de cette émission, sans lesquelles elle désinforme au lieu d'aider à comprendre.

                Comment les auditeurs pourraient-ils se former une idée juste des points controversés, du moment que les connaissances nécessaires, en théologie comme en histoire, leur font le plus souvent défaut ? Un seul exemple : si l'on avait eu connaissance du contenu exact de l'Encyclique de 1920 à laquelle l'orateur s'est référé au petit bonheur, comme cela l'arrangeait, la discussion aurait pris un tout autre tour ! Si la station de radio avait souhaité autre chose que de la propagande à sens unique, elle se devait d'inviter des théologiens des deux côtés, et de même compétence; alors les auditeurs auraient pu se former une idée moins imprécise de l'enjeu du débat.

                Je dis «une idée moins imprécise». En effet, la question n'a rien de simple et ne saurait être réglée en une heure d'émission ! À l'époque de l'iconoclasme, les adversaires des icônes soutenaient aussi devant les orthodoxes qu'il ne s'agissait que d'un changement sans caractère dogmatique - comme le prétendent encore aujourd'hui -, pour le nouveau calendrier, ses partisans. Les iconoclastes trouvaient indignes de la haute spiritualité chrétienne la vénération de planches coloriées et demandaient où cette vénération avait été prescrite. Cependant, à l'arrière-fond de ce changement d'apparence anodine, les Pères théophores surent discerner «l'hérésie et le bouleversement le plus athée qui soit».

                Il est, de même, difficile à un fidèle du nouveau calendrier, de soupçonner l'ampleur de l'apostasie qu'il recèle. Et ce n'est guère des émissions du genre de celle-ci qui nous aideront ! Nous vivons assurément une époque d'indifférence religieuse : beaucoup pratiquent de façon formelle, voire ne vont fêter Pâque que pour allumer des pétards le soir de la fête. Il existe néanmoins des êtres pieux, «des vrais Israélites, des hommes sans fraude», en grand nombre, parmi les néo-calendaristes; mais ils ne peuvent, spirituellement, franchir les cadres que l'enseignement de leurs docteurs leur ont malheureusement imposés.

     

    Les «anciens-calendaristes» font-ils de la propagande ?

     

                Voilà pourquoi nous nous efforçons de tenir, à l'égard des néo-calendaristes, une conduite digne et cohérente. Si quelqu'un vient dans nos églises, nous ne le chassons pas : «Celui qui vient à Moi, Je ne le chasserai pas» (Jn 6 : 37), ni ne refusons de prier pour lui, comme il se doit, ni de lui offrir l'hospitalité, sans viser d'autre but. Et ces choses, nous les devons à tout homme. Dieu qui fait luire son soleil sur les bons et les méchants et pleuvoir sur les justes et les injustes, n'agit pas par prosélytisme !

                Mais que le Seigneur nous garde du péché de se servir de son Saint Corps et Sang comme d'un moyen de prosélytisme, pour faire revenir les fidèles à l'ancien calendrier ! Nous prions, certes, pour que tous - néo-calendaristes, hérétiques, schismatiques, athées, etc. - reviennent à la vérité. Mais si les néo-calendaristes croient que là où ils se trouvent, ils communient au Corps et au Sang du Christ, qu’ils ont leur salut assuré, et que leur Église garde toutes les traditions sans innovation ni altération, et sans fouler aux pieds les Saints Canons, qu'ils cherchent en conscience, avec le critère de l'enseignement de l'Église, ce qu'ils répondront devant Dieu.

                Nous ne sommes pas prêts à organiser un quelconque «tourisme ecclésiastique», pas plus que nous n'essayons de faire nombre, contrairement à ce qui a été sottement prétendu au cours de l'émission. Un seul fidèle à la loi de Dieu vaut mieux que mille transgresseurs. C'est pourquoi nous avons refusé la diffusion télévisée de nos liturgies. Pourrions-nous, à l'heure où les Séraphins se voilent la face de crainte, donner nos Mystères en spectacle ?!

                Nous croyons, selon le livre des Actes, que le Seigneur «ajoute à l'Église le nom de ceux qui sont sauvés». Notre devoir n'est pas de faire de la propagande, mais de prendre garde à nous, de crainte que nos chutes ne scandalisent certains de ceux qui cherchent sincèrement la vérité.

     

    Précisions préliminaires

     

                Les deux intervenants de l'émission - M. Papadopoulos et son interlocuteur - nous ont lancé deux accusations contradictoires :

    - Le premier a dit que nous mettions en avant le Mont Athos et les Églises slaves, qui suivent l'ancien calendrier, pour paraître plus nombreux !

    - Le second a déclaré que nous nous glorifions d'être «le petit nombre des élus» ! Répondons-leur :

    A. Premièrement, nous ne nous considérons ni comme «ancien-calendaristes», ni comme «zélotes», ni rien d'autre. Ce que nous étions jusqu'au 9 mars 1923, nous le sommes encore à présent. Le nom que nous revendiquions alors, nous le revendiquons toujours. Nous adorons le Dieu de nos pères comme nous L'adorions alors : notre calendrier n'a pas vieilli !

                À cause des circonstances cependant, et comme la hiérarchie au pouvoir s'attribue le nom que nous revendiquons - celui d'orthodoxe - nous nous sommes vus contraints, pour éviter toute confusion, de faire usage d'épithètes et d'ajouts qui sont, en eux-mêmes, de purs et simples pléonasmes : «Vrai chrétien orthodoxe». Et puisque Notre très doux Seigneur et Sauveur, entre autres titres, reçoit celui d'Ancien des Jours, nous acceptons nous-mêmes l'appellation d'«anciens-calendaristes», portant ainsi son opprobre.

    B. Si nous mentionnons les Slaves et l'Athos, ce n'est pas pour les tirer à nous. Que dire des milliers d'anciens-calendaristes ukrainiens que compte l'Église papale ? Non, si nous rappelons l'Athos et les Slaves, c'est pour manifester clairement l'incohérence des néo-calendaristes. Car si c'est l'Église, comme ils le soutiennent, qui a changé le calendrier, pourquoi toute leur Église ne suit-elle pas le même nouveau calendrier liturgique ? Comment justifier un pareil chaos : dans la même Église, l'un célèbre la fête, tandis que l'autre jeûne, on célèbre deux fois l'an la Nativité du Christ qui ne S'est incarné qu'une fois, Noël tombe après la Théophanie, et autres absurdités ! Si le nouveau calendrier est meilleur, puisque corrigé, pourquoi tous ne l'adoptent-ils pas, et pourquoi suivent-ils le calendrier «ancien», à l'instar des «illettrés» que nous sommes, des «schismatiques privés du sacerdoce canonique» ? Or «ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître» selon l'apôtre Paul ; quoique, pour nous, le calendrier en question ne soit nullement un calendrier ancien, mais celui de l'Église et des Saints Pères.

    C. Ce n'est ni le petit ni le grand nombre qui a raison, mais l'Église du Christ. Nous faisons tous nos efforts pour rester fidèles au Canon de saint Vincent de Lérins et pour vivre ce qui a été cru «toujours, partout et par tous» dans l'Église. C'est pourquoi, selon ses recommandations, nous suivons les Pères et l'antiquité. Si nous sommes nombreux, nous nous réjouissons de ce que beaucoup savent la vérité ; si nous sommes peu, nous ne cessons pas de glorifier Dieu : trois hommes peuvent, selon les Saints, être l'Église Universelle ; et, comme le dit saint Maxime le Confesseur : un chrétien et Dieu, voilà la majorité !

    D. À ceux qui aiment la vérité, nous disons qu'il faut être conscient de ce que l'on recherche. Les Pères disent : «Donne ton sang, tu recevras l'Esprit». Nous ne pouvons pas, d'un côté, rester attachés à nos petits plaisirs, aux biens de ce monde, et à un culte pratiqué par habitude, pour espérer, ensuite, apprendre la vérité dans une émission de télévision ! Dieu n'est pas le serviteur de nos curiosités ! Le Seigneur vient à notre recherche, en vue de notre bien éternel. Il nous a aimés le premier. Lorsque nous répondons à son Amour, Il Se fait connaître à nous ; et la Vérité nous libère des ténèbres. Dès lors, il devient possible de comprendre ce qu'il en est du calendrier des fêtes, quel enjeu s'y cache, et bien d'autres choses encore.

                C'est pourquoi nous disons qu'une confrontation entre des gens sérieux et informés aurait permis à l'auditeur moyen de se faire une idée moins fausse de l'enjeu spirituel ; ou tout au moins, de savoir où la chercher.

     

    Vrai et faux dialogue

     

                On nous a également accusés de falsification, de manière déloyale. Celui qui nous accuse ainsi devait le faire publiquement, en nous laissant la faculté de répondre. C'est pourquoi un fidèle du nouveau calendrier a téléphoné durant l'émission pour dire qu'on aurait dû permettre à «l'autre parti» de s'exprimer. Les organisateurs devaient-ils attendre ce rappel de leur devoir, et des règles démocratiques les plus élémentaires ?

                Cela dit, nous n'avons aucun goût pour la manie des dialogues et des discussions à perte de vue qui sévissent actuellement, et où chacun s'écoute parler. Peu nous importe de passer ou pas sur les ondes : nous avons besoin de pleurer nos péchés et non pas de nous donner en spectacle ! Les dialogues que les néo-calendaristes conduisent depuis de si longues années avec les papistes, les luthériens, les calvinistes et autres hérétiques ; les rencontres, symposiums, prières communes et échanges d'étudiants et de théologiens, à quoi tout cela a-t-il abouti ? A-t-on jamais vu un seul hétérodoxe revenir à l'orthodoxie à la suite des milliers de dialogues, de compromissions et de transgressions des Canons ? Le seul résultat a été la décadence spirituelle lamentable de l'Église nouvelle calendariste, qui se dégrade un peu plus chaque jour, et qui s'est mise sous l'anathème des Saints Pères et des Canons.

                Si vous le souhaitez cependant vraiment, nous pouvons tous témoigner. Chacun de nous se tient prêt à «se défendre avec douceur et crainte, devant quiconque nous demande raison de l'espérance qui est en nous» (1 P 3 : 15). Nous expliquerons avec patience tout ce que nous croyons et pour quelle raison nous le croyons. Ensuite, que celui qui nous interroge compare nos dires avec la Tradition de l'Orthodoxie et, s'il trouve juste notre manière de faire, qu'il l'embrasse ; s'il ne la trouve pas juste, qu'il suive la Tradition ! Enfin, si quelqu'un se plaît à contester, qu'il sache, selon l'Apôtre, que nous n'avons pas cette habitude (1 Co 11 : 16).

     

    L'Encyclique de 1920 et l'innovation

     

                À toute personne intéressée, nous recommandons de lire la fameuse Encyclique promulguée en 1920 par le patriarcat de Constantinople (Publiée par Jean Karmiris dans Monuments Dogmatiques et Symboliques de l'Église Orthodoxe Catholique t.2, Graz, Autriche, 1968, p.1055-1058). L'Église papale et les Églises protestantes y sont qualifiées de «cohéritières et co corporelles de la promesse de Dieu en Christ» : le patriarche nie donc ouvertement l'unicité et l'exclusivité de l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique, qui est l'Église Orthodoxe, Une et visible. Cette négation constitue la base de la «théorie des branches» ou de «l'Église invisible». L'Encyclique trace, en outre, le programme futur de l'Œcuménisme, dont le premier point est le changement de calendrier, explicitement proposé comme un moyen de se rapprocher des hérésies occidentales.

                De multiples hérésies se trouvent à présent liées au nouveau-calendrier. Certains demandent ce que nous ferions si les néo-calendaristes revenaient au calendrier des Pères. Nous répondons qu'un retour sincère, fût-ce sur un point mineur, serait sûrement agréable à Dieu. Toutefois, nous l'avons vu, le pape lui-même a des milliers de fidèles qui suivent le calendrier Julien. Nous ne nous battons pas pour des jours de plus ou de moins ! Nous tâchons, Dieu aidant, de garder toute la Tradition. Si l'Apôtre Jacques dit que l'observateur de la Loi, s'il transgresse un seul commandement, devient coupable de tous, à quoi servirait-il de garder un point de la Tradition comme le calendrier et de fouler le reste aux pieds ?

     

    La Pascalie n'est pas modifiée

     

                Un autre argument développé dans l'émission fut le suivant : le calendrier corrigé ne modifie rien à la date de Pâque et à toutes les fêtes du cycle pascal. C'est une erreur, et voici pourquoi.

    1) Jérémie II Tranos, au XVIème siècle, avait déjà dû expliquer que le calendrier des fêtes fixes, ou Ménologe, est inséparable du cycle de Pâque ou Pascalie. Un seul maillon qui saute et la chaîne est rompue. Il est superflu, mais néanmoins nécessaire de rappeler combien le cycle des Dimanches, des carêmes et des fêtes se trouve altéré.

    2) Nul n'ignore que l'Église de Finlande a adopté la date Grégorienne pour fêter Pâque, et cela depuis plus de dix ans.

    3) Si les novateurs n'ont pas changé la Pascalie, ce n'est pas que l'envie leur en ait manqué. L'histoire prouve que ce qui les a retenus, c'est la crainte d'une division plus importante, car les indécis nous auraient rejoints. L'Église grecque, au Concile pan-orthodoxe de 1923, a accepté le principe du changement de la Pascalie. Voici le texte officiel de la réponse de l'Église de Grèce au «Concile pan-orthodoxe» de 1923 sur l'éventuelle adoption de la Pascalie grégorienne : «Le Synode des Hiérarques de l'Église de Grèce décrète : Il approuve la conclusion du mémoire de sa Béatitude le Primat du Synode, au terme de laquelle 13 jours sont ajoutés au Calendrier Julien, sans changer aucunement la Pascalie. S'il arrive pourtant que le Concile panorthodoxe réuni à Constantinople se détermine sur une autre solution pour la fête de Pâque, l'Église de Grèce l'accepte...

    Question 3 : Est-il nécessaire de changer aussi la Pascalie, ou peut-on se contenter d'harmoniser les fêtes fixes avec les dates correspondantes du calendrier civil ?

    Réponse : Après l'acceptation par l'Église du nouveau calendrier, pour les nécessités de cette vie, la mise en conformité du calendrier des fêtes mobiles apparaît aussi comme inéluctable, et même à court terme. Une raison supplémentaire pour introduire immédiatement l'harmonisation de la Pascalie est la grande signification morale et l'impression que produirait sur tout le monde civilisé le rapprochement, obtenu par le moyen de cette initiative spontanée, des deux mondes chrétiens, celui de l'Orient et celui de l'Occident, dans la célébration commune des grandes fêtes chrétiennes (Voir La vérité sur le calendrier ecclésiastique, Athènes, 1929, p.6-7).

    4) L'unanimité des Pères a décidé que toutes les fêtes seraient célébrées en même temps par les orthodoxes, et non pas simplement celle de Pâque ! Jérémie II écrivait que les fêtes du Seigneur qui est né, qui a été baptisé, qui S'est transfiguré et qui a souffert une seule fois, ne sauraient être fêtées deux fois l'an, comme il arrive dans l'Église des néo-paléo-calendaristes. Si l'Église est une, comment pourrait-elle fêter deux fois Noël ? L'Église suit en cela le même ordre qu'en ce qui concerne la Divine Liturgie, qui n'est point célébrée deux fois sur le même autel, ou par le même prêtre, au cours de la même journée. Car l'Église nous sanctifie par cette connaissance, que le Christ nous a sauvé par une seule Incarnation, une seule Passion, et un seul Sacrifice offert pour l'éternité, «selon l'ordre de Melchisédek» (He 5 : 6).

     

    Argument nationaliste

     

                Un argument politico-national a été avancé : l'existence d'un calendrier civil et d'un calendrier ecclésiastique créerait une difficulté pour la fête nationale grecque, qui tombe le 25 mars, jour de l'Annonciation. Eh ! bien, mais le journal officiel n°24 du 25 janvier 1923 reproduit le décret royal du 18 janvier 1923, portant que la fête nationale et toutes les autres fêtes de l'État seront fêtées selon le calendrier Julien. Admettons toutefois qu'un problème naisse de là. Devrons-nous changer la vie universelle de l'Église pour une fête nationale ? Devrons-nous, pour maintenir une concordance dans la célébration de notre fête nationale, renverser la Tradition de l'Église et nous diviser spirituellement ? Les Roumains, les Bulgares, et les autres peuples, en feront-ils autant, chacun changeant le calendrier selon sa fête nationale ? En Christ, il n'est plus «ni Hellène, ni Barbare», et l'Église ne connaît pas les barrières nationales.

     

    L'Église a déjà modifié son calendrier

     

                Pour soutenir le droit au changement de calendrier, on a cité le cas des saints dont les fêtes tombent à des jours différents selon les endroits. Par exemple, l'Église Serbe fête sainte Catherine un jour plus tard que nous. Nous répondons que ces disparités ne portent pas atteinte à la vie ni à la Tradition de l'Église. Rien n'empêche l'Église, réunie un jour en Concile pan-orthodoxe, de remédier à ces menues divergences, dues aux malheurs des temps, à l'éloignement et à d'autres causes humaines. Cette mise à jour que nous évoquons n'a, bien entendu, rien à voir avec l'aggiornamento du calendrier des catholiques qui a consisté à retirer saint Georges, sainte Catherine, et d'autres, du calendrier des saints. Quant aux saints locaux, il est impossible, à cause de la «multitude des noms», comme le dit la Liturgie de saint Basile, de les mentionner tous dans les Ménées. En tout cas, la vie de l'Église n'en est pas altérée.

                D'autres exemples ont été cités. La fête de saint Jean Chrysostome, qui s'est endormi dans le Seigneur un 14 septembre, jour de l'Exaltation de la Sainte Croix, a été transférée au 13 novembre par l'Église, soucieuse d'honorer plus dignement et spécialement sa mémoire. De même, tout le corps de l'Église a décidé de déplacer la Transfiguration, originellement fêtée 40 jours avant le Grand Vendredi et, afin de la célébrer avec plus d'éclat, l'a placée hors du Grand Carême, au 6 août, c'est-à-dire quarante jours avant la fête de la Croix, qui est une sorte d'autre «Grand Vendredi».

                Ainsi, lorsqu'il se trouve des raisons théologiques, christologiques ou liturgiques, l'Église dans son universalité adapte son calendrier des fêtes à ses besoins spirituels, sans se soucier d'exactitude calendérique. Quant au nouveau calendrier, à quelle fonction théologique, christologique ou liturgique répond-il ? Non seulement il n'en remplit aucune, mais il a mis sens dessus dessous l'effort séculaire de l'Église pour arriver à une célébration commune. Il ne faut pas confondre l'acte de l'Église qui, lorsque deux fêtes tombent le même jour, déplace l'une d'elles ; et l'action brouillonne de quelques uns qui, contre toute raison, toute loi et toute harmonie, bouleversent les dates au mépris de la vie de l'Église.

                On a dit aussi dans l'émission que le calendrier Julien vient d'Occident et que dans son développement historique, il a été corrigé par l'intercalation de quatre-vingts jours. En quoi cela nous regarde-t-il ? Répétons-le : une planche n'est qu'un morceau de bois parmi d'autres; une fois qu'elle a reçu la forme et les couleurs qui en font l'icône du Christ, la planche sans prix ni beauté devient l'icône que nous vénérons. De même, le calendrier Julien n'était qu'un calendrier comme les autres. Guidée par l'Esprit Saint qui inspirait les Pères, l'Église inscrivit sur ce calendrier (hémérologion) son ménologe, sa Pascalie et son cycle dominical, ses jeûnes et ses fêtes, le transformant ainsi en calendrier des fêtes (heortologion), sacro-saint et divin, incarné dans la Tradition et dans la vie de l'Église et inséparable d'elles. L'Église ayant, dans des Conciles pan-orthodoxes, refusé, sous peine d'anathème, toute modification de ce calendrier des fêtes, son autorité s'en est trouvée renforcée et consacrée. Son usage multiséculaire le rend vénérable.

     

    N'éteignez pas l'Esprit

     

                Un auditeur a téléphoné pour dire qu'avec le nouveau calendrier il était impossible que les «deux Pâques» coïncident, c'est-à-dire que tombent ensemble l'Annonciation de la Mère de Dieu et la Résurrection du Seigneur. La réponse fut que la chose est sans importance et n'empêche pas les chrétiens de goûter la joie de la Résurrection. La question n'est pas là. Il existe une prophétie faite par un saint de l'Église Orthodoxe, qui devait se réaliser «quand les deux Pâques coïncideraient». Si le nouveau calendrier interdit cette possibilité, n'est-ce pas une preuve de son caractère erroné, étranger à la Tradition et condamnable, dans la mesure où il fait mentir le saint ? L'Apôtre Paul ne disait-il pas aux Thessaloniciens : «Ne méprisez pas les prophéties» ?

     

    Sagesse de ce monde et sagesse selon Dieu

     

                Un auditeur a souligné, au téléphone, que notre Christ n'a eu que douze disciples illettrés. Par ce rappel, il voulait signifier deux choses : que, lorsqu'il s'agit de la vérité, le nombre ne fait rien à l'affaire, non plus que la sagesse de ce monde. Et qu'a répondu l'animateur de l'émission ? Que l'apôtre Paul était professeur d'Université … ! S'il avait lu attentivement l'Écriture, il n'aurait pas parlé si à la légère. C'est pour notre instruction que le Christ notre Dieu n'a pas appelé Paul tout de suite, quoiqu'Il l'eût choisi dès le sein de sa mère. Tandis que les disciples illettrés recevaient immédiatement la grâce du tout Saint Esprit et la toute-Sagesse, Paul se noyait dans sa sagesse «universitaire», jusqu'à ce que le Seigneur le réveillât sur le chemin de Damas. Ne nous a-t-Il pas ainsi montré que l'homme doit se tenir en garde devant sa propre sagesse et ses propres forces ?

                Après avoir reçu la Lumière d'en-haut, qui purifia, sanctifia sa science et la rendit utile, Paul écrivit des choses admirables, pleines d'esprit de pénitence et d'émotion, sur la sagesse de ce monde, la folie de la prédication et la force de l'Évangile.

                Frères bien-aimés, pour qui le Christ est mort, vous devez vous aussi être circonspects à l'égard de votre « science universitaire », de peur qu'en étudiant trop chez les hérétiques et en vous fiant à vos propres forces, vous ne perdiez la Grâce de Dieu ! Sagesse, science et connaissance sont des dons de Dieu, mais sans la purification et la sanctification de l'Esprit Saint, elles deviennent ruineuses, comme l'électricité qui éclaire et qui peut tuer. Oui, des Pères Sages en tout domaine s'assemblèrent au Premier Concile œcuménique : mais qu'aurait-il été, sans le Théophore illettré qu'était Saint Spyridon, et le miracle de la tuile ? Il ne savait pas lire, mais les anges concélébraient avec lui et la mort même ne put résister à son ordre. De telles choses s'apprennent-elles à l'Université ? Et que serait, sans elles, notre Foi ?

     

    La succession apostolique des Vrais Chrétiens Orthodoxes de Grèce

     

                Les nouveaux-calendaristes ont ensuite mis en doute la succession apostolique de nos évêques. Nos premiers évêques auraient été déposés par l'Église de Grèce, et le premier évêque ancien calendariste, ordonné par le Synode Russe Hors Frontière de Monseigneur Philarète...

    Réponse : Pour ne pas alourdir l'exposé, nous résumerons les choses ainsi. Le Révérendissime Chrysostome de Florina revint le premier au calendrier des Pères : ce fut ensuite que la hiérarchie d'État le «déposa». Il n'avait jamais été déposé auparavant, et ne le fut que pour cette seule raison, son retour au calendrier de l’Église Orthodoxe. Tout homme sensé comprendra que, dans un tel cas, comme le dit Saint Cyrille, «nous n'acceptons pas leur injuste décision». L'évêque Chrysostome ordonna ensuite l'évêque Matthieu Carpadakhis de Vresthène. C'est de ce dernier que les anciens-calendaristes de Chypre tiennent le sacerdoce et l'épiscopat. Comment Papadopoulos peut-il dire, toujours avec autant de légèreté, que nous n'avons peut-être pas de sacerdoce ?

                En ce qui concerne le Synode Russe Hors Frontières du métropolite Anastase puis du métropolite Philarète, nous pouvons dire ceci. À cause des persécutions souffertes par les Vrais Chrétiens Orthodoxes, aussi bien en Grèce qu'en Roumanie et en Russie - sujet dont l'émission n'a pas soufflé mot … - les relations étaient quasiment interrompues entre nous. Les vrais chrétiens orthodoxes de Grèce n'avaient ni la possibilité d'étudier la théologie, ni celle de franchir la frontière ; la Roumanie de Ceaucescu était fermée ; les vrais chrétiens de Russie, dans les catacombes.

                Néanmoins, dans une lettre que nous avons reçue du métropolite Philarète, datée du 14 avril 1972, jour de saint Martin le Confesseur, Pape de Rome, on lit ceci sur le calendrier : «Ces condamnations (de 1583, 1587 et 1593) n'ont jamais été révoquées par un concile ultérieur. Elles gardent leur force et s'imposent à tous les chrétiens orthodoxes. L'innovation du nouveau calendrier a provoqué le schisme dans toutes les Églises locales qui l'ont adoptée. Ainsi la Grèce, Chypre, la Roumanie et maintenant la Bulgarie ont goûté le fruit de la désobéissance. Il est affligeant que le peuple n'ait pas pu se lever comme un seul homme et, tel une vague puissante, surmonter et refouler la marée des innovations... Notre Église Russe, en la personne de Monseigneur Anastase, Archevêque, puis Métropolite et primat de notre Synode, de bienheureuse mémoire, a protesté énergiquement et radicalement contre les innovations du nouveau calendrier, et des autres formes de modernisme introduites par le patriarche Mélétios Métaxakis de triste mémoire, lors du conciliabule de Constantinople en 1923, et qu'on appelle à tort «pan-orthodoxe», puisque ni le patriarcat d'Alexandrie, ni celui de Jérusalem, ni l'Église de Chypre n'y étaient représentés. La majeure partie des hiérarques de l'Église de Constantinople avaient refusé d'y prendre part, pour protester contre l'anti canonique élévation de Mélétios au patriarcat Œcuménique, imposée de force par la puissance politique. Le Métropolite Antoine, alors primat de notre Église, a également protesté contre la réforme du calendrier, dans sa correspondance avec les patriarches orientaux, et il a reçu des réponses qui confirmaient sa position. Ainsi donc, gloire et honneur, selon les paroles du Saint Apôtre Paul, à tous ceux qui gardent les Traditions et la Foi telles que nous les avons reçues sans ajout ni suppression, quelque calomnie ou persécution qu'il leur faille endurer». C'est sur ce texte officiel que reposait notre opinion sur le Synode russe.

     

    Les divisions des Vrais Chrétiens Orthodoxes de Grèce

     

                Les organisateurs de l'émission n'ont pas manqué de signaler que nous sommes huit juridictions. Si nous voulions recenser les absurdités des « hiérarchies officielles » grecque ou chypriote, il faudrait un livre entier. Quand Jérôme Cotsonis s'empara, grâce aux puissants de ce monde, de l'Église, alors que l'Archevêque Chrysostome était encore en place, combien l'Église d'État eut-elle alors d'Archevêques d'Athènes ? Quand Mélétios Métaxakis, membre, depuis mars 1919, de la loge maçonnique Harmonie de Constantinople, chassé de la Métropole de Kition, devint Patriarche œcuménique, n'avait-il pas déjà été déposé par l'Église Grecque … ?

                Certes, nous ne pratiquons pas la politique de l'autruche à l'égard de nos propres faiblesses humaines. Nous essayons d'y remédier peu à peu, avec la Grâce de Dieu, et il faudra du temps, comme pour le schisme historique entre Paulin d'Antioche et saint Mélèce.

                Enfin, à qui la responsabilité des présentes divisions incombe-t-elle ? Aurions-nous eu tant de crises, sans votre maudite innovation ? N'est-ce pas l'introduction du calendrier qui a provoqué ces schismes, comme Monseigneur Philarète le disait à l'instant, et comme vos historiens impartiaux l'ont eux-mêmes reconnu ?

                J'entends bien : il fallait «pratiquer ceci sans omettre cela», garder la Tradition Orthodoxe et conserver le bon ordre de l'Église. Tous nos problèmes internes, cependant, ne changent rien au fait de l'innovation elle-même. Ne mettons pas la charrue avant les bœufs : que l'on s'entende sur la Tradition et le calendrier qu'il convient de garder, le reste viendra ensuite.

                À quoi servirait une unité extérieure et administrative, si les points les plus graves de la Foi sont ébranlés ? L'Église du pape au Vatican jouit d'une telle unité : elle compte trois fois plus de membres que nous. À quoi bon pourtant ? Puisqu'elle gît dans l'hérésie depuis des siècles.

     

    Exhortation fraternelle

     

                L'on nous reproche parfois d'oser, nous le petit nombre, traiter de schismatiques les orthodoxes officiels et plus nombreux. Mais n'appelons-nous pas hérétiques le pape et ses millions de fidèles ?

                Très chers frères ! Si vous étudiez l'histoire, vous verrez que ce n'est pas nous, mais vos propres hiérarques et historiens, qui reconnaissent que vous avez créé un schisme dans l'Église.

                Il ne faut pas confondre les fautes personnelles avec le changement de loi que représente le calendrier. Anciens et nouveaux-calendaristes ont tous des fautes humaines. Mais le calendrier touche à la Foi. Il n'est donc pas juste de dire que c'est par égoïsme que les anciens-calendaristes ne fréquentent par les églises du nouveau. Participer aux mêmes prières reviendrait pour eux, en effet, à consentir aux innovations et aux actes œcuménistes, et à se rendre co-responsables devant le tribunal du Christ. L'amour peut-il aller sans la Foi et la Vérité ? Peut-on par sympathie humaine fréquenter une Église ? Prétendre aimer des frères tout en restant indifférent à leur éternité ?

                Non, frères très chers ! Mais, comme l'a dit quelque jour le Patriarche Anthime : que l'on rejette l'innovation, si innovation il y a, et où qu'elle soit ; que l'on rejette l'œcuménisme, si œcuménisme il y a, et où qu'il soit ; que l'on rejette le modernisme, si modernisme il y a, et où qu'il soit. Alors nous n'aurons plus besoin d'émissions ni d'articles polémiques : tous, d'une seule bouche et d'un seul cœur nous adorerons le Christ Sauveur qui nous a aimés jusqu'à la mort, et la mort de la croix : nous serons une seule Église, dans l'Esprit et la Vérité ! Qu'il en soit ainsi, par les prières de notre Souveraine la Mère de Dieu et de tous les Saints qui depuis le commencement ont plu au Seigneur et que les uns et les autres honorons et glorifions ! Amen.

    La seconde émission aussi partisane que la première

     

                L'émission du 7 juillet 1993 s'est déroulée dans les mêmes conditions que la précédente : malgré le vœu d'un auditeur qui avait téléphoné lors de la première, demandant que soit organisé un débat contradictoire pour que l'on puisse entendre les deux côtés, les anciens-calendaristes n'ont toujours pas été invités. Dès lors à quoi bon multiplier les émissions ? Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son, la ferait-on sonner des milliers de fois. C'est pourquoi nous jugeons nécessaire de faire entendre à nos concitoyens le deuxième son. Que chacun décide ensuite pour lui-même, devant Dieu, selon les exigences de sa conscience.

                Il serait très long de reprendre un à un tous les points abordés, mais une question primordiale se pose, qui emporte la solution du reste. De deux choses l'une, en effet : ou bien le changement du calendrier est un acte d'Église, ou bien il n'est pas tel. Dans le second cas, il ne sert de rien de présenter d'autres difficultés aux anciens-calendaristes. Dans le premier, si c'est l'Église qui a changé le calendrier, ce changement s'impose à tout le corps de l'Église, depuis l'instant où la décision en fut prise par un Concile qui, selon M. Phédon Papadopoulos, «ne diffère d'un Concile œcuménique que par le nom». Mais remarquez bien l'incohérence de ce théologien. Le même Papadopoulos a, en effet, qualifié le père Épiphane Théodoropoulos de «saint nouvellement manifesté» de l'Église ! Or ce dernier traitait le Concile en question de «totalement insensé», «très mauvais», «inconsidéré», «de nulle utilité», il le considérait comme une «faute» introduisant «la division, (Le père Épiphane Théodoropoulos, théologien de l'Église d'État, dans son livre « Les Deux Extrêmes » se présentait comme partisan d'une voie moyenne entre l'œcuménisme et le zélotisme des anciens-calendaristes. Selon lui, on devait lutter contre les innovations, mais sans rompre la communion avec les novateurs qui restent l'Église. Les termes cités se trouvent dans son livre, « Ta Duo Akra ». Or le temps a vite montré l'impuissance de cette résistance «interne»)» ! Quelle division peut-il y avoir entre les fruits du Saint Esprit ? L'Église guidée par l'Esprit Saint aurait pris une décision ; un prêtre se lève pour la déclarer «insensée» et nous ensuite le proclamerions … «saint» !

     

    Les demi-mesures d'Épiphane Théodoropoulos

     

                Voici ce que déclare Épiphane Théodoropoulos : «L'Église de Grèce est restée, malgré le changement absolument insensé et inutile, une portion canoniquement saine de l'Église Orthodoxe universelle». Ainsi nous aurions, comme dit le proverbe, «le beurre et l'argent du beurre» : nous pourrions tranquilliser la conscience des néo-calendaristes «conservateurs» et donner satisfaction aux «libéraux». Toutefois, cette nouvelle ecclésiologie est totalement hérétique. Elle fera rire, sans doute, les ennemis de l'Église, mais ne suscitera que des larmes d'amertume chez tout orthodoxe un tant soit peu sérieux et conscient. C'est d'elle pourtant que se réclame M. Phédon Papadopoulos, en bon disciple de son maître, puisqu'il a dit mot pour mot, à propos du calendrier, qu'il est possible «d'introduire cette innovation sans toucher à la Foi» … Un autre théologien de l'Église officielle, le père Philothéos Zervakos, higoumène du monastère de la Source Vivifiante, à Paros, appelait le nouveau calendrier «une innovation diabolique». De quels pères M. Papadopoulos a-t-il reçu une foi mêlée d'innovations, et de surcroît, diaboliques, nous l'ignorons !?

                Comment l'Église pourrait-elle nous guider de manière insensée, vaine, inconsidérée, erronée, très mauvaise, portant la division, et demeurer l'Église ? L'Église ne peut se tromper, et c'est bien pourquoi les partisans du pape ont été contraints de forger le dogme de l'infaillibilité papale, pour conférer un tel caractère à chacun de leurs égarements successifs. Notre Église a uniquement pour tête le Christ Sauveur qui, selon sa promesse, reste avec nous jusqu'à la fin du monde et conduit l'Église dans l'Esprit Saint vers toute la Vérité. C'est donc un blasphème absurde et irrecevable que de dire que des pasteurs peuvent nous conduire de manière vaine, fausse et inconsidérée, et que nous devrions continuer de les commémorer pour ne pas tomber dans le schisme. Au contraire, Saint Mélèce le Confesseur nous enseigne : «Résistez même aux évêques qui vous suggèrent avec perfidie des pensées, des paroles et des actes nuisibles».

                Nous avons appris de nos prédécesseurs que «les Divins Pères qui ont tout disposé avec sagesse» ont fixé le mode et les temps du culte Divin, garantissant ainsi notre unité liturgique, de manière que nous, tous les Orthodoxes du monde, nous adorions Dieu d'une seule bouche et d'un seul cœur, sans que l'un soit en train de jeûner pendant que l'autre célèbre la fête. Voilà l'unité dans la prière, l'unité de l'Église ; quant aux choses insensées ou qui provoquent la division, nous n'y prêtons aucune attention.

                Le théologien Delembase dit avec justesse : «L'innovation du nouveau calendrier n'a pour lui aucun argument véritable. Toutes les tentatives faites pour le justifier ne sont que des thèses anti patristiques et des prétextes non-orthodoxes. Elles ont néanmoins impressionné beaucoup de personnes, à cause de la présentation fallacieuse qu'en ont fait des érudits et des hiérarques, qui, sans aucun respect pour la vérité et reniant la Foi Orthodoxe, sont devenus les pervers ouvriers de l'apostasie anti christique (Pascha Kyriou, p.705)».

     

    L'argument majeur des néo-calendaristes

     

                Les deux émissions nous ont fait entendre à satiété le même air : «L'usage de tel ou tel calendrier n'a aucune importance, et la date de chaque fête est indifférente». Nous répondons que ce que vous dites n'a aucune importance : seule en a la voix multiséculaire de l'Église. Vous devez ou revenir sur votre erreur et la corriger, ou vous justifier. Or que dites-vous ? «C'est un point sans importance». Les nestoriens, les iconomaques, les latins et les autres hérétiques n'en disent-ils pas autant pour leurs dogmes ? Et l'Église authentique les a-t-elle suivis ? Et ne disent-ils pas aussi : «Où est-il dit dans le Credo que la Mère de Jésus est Théotokos, Mère de Dieu, Enfantrice de Dieu ?», «Où est-il écrit qu'il faut vénérer les icônes», «Où le Credo précise-t-il que l'Esprit procède du Père seul ?» Cependant l'Église a répondu sur tous ces points. De même, ce n'est pas à vous à déterminer ce qui est important et ce qui ne l'est pas. Seule l'Église a autorité pour cela et le fera.

                Pensez-vous être les premiers à avoir utilisé cet argument ? Et s'il a été formulé dans le passé, quelle réponse l'Église a-t-elle donnée à ceux qui disaient : «Ce n'est pas dogmatique, c'est un point sans importance ?»

                L'Église a répondu que, si nous supposons que la chose est sans importance, il convient de suivre la tradition des Pères. Ce n'est pas parce qu'une chose est sans importance qu'il convient d'agir selon notre guise. Au XVIème siècle, les partisans d'idées analogues aux vôtres, qui déclaraient que le calendrier fait partie des «choses indifférentes» s'attirèrent cette réponse du Patriarche d'Alexandrie, Mélétios Pigas : «Eh ! bien, mais c'est une raison de plus pour suivre les Saints Pères, si la chose est indifférente. Quoi donc ? N'est-il pas plus juste et plus pieux, dans les choses indifférentes, de se trouver conformes aux Pères Théophores ?» «Si nous nous écartons (des Pères), dit Saint Athanase le Grand, nous devenons étrangers à leur communion» (BEPES 33, 172). Ce qui ne signifie pas assurément que Mélétios Pigas considérât la chose comme indifférente, mais il prenait les innovateurs à leurs propres paroles. Mélétios connaissait l'histoire de Naboth (3 Rois 21 : 3-16), qui préféra perdre la vie plutôt que d'abandonner l'héritage qui lui était échu, tant il honorait son père selon la chair. Et il s'agissait d'une vigne ! Et nous abandonnerions nos Pères spirituels qui nous ont engendrés en Christ et, entre mille héritages, nous ont transmis le mode et les temps du Culte Divin !

                Selon l'historien Sozomène, les hérétiques Novatiens croyaient que chacun peut célébrer les fêtes selon son bon plaisir : «que la diversité des fêtes n'était pas une cause telle de division de l'Église qu'elle méritât considération (Migne, PG 47,360)». Tel ne fut pas l'avis des Pères, que nous voyons s'inquiéter infiniment, dès avant le premier Concile œcuménique et dans toute la suite, des divisions produites par la célébration des fêtes. Ils ont beaucoup peiné pour amener l'accord et la symphonie en cette matière, et n'ont pas dit à ceux qui fêtaient Pâque différemment - comme les néo-calendaristes d'aujourd'hui - : «Cela n'a pas d'importance, fêtez quand vous voudrez et nous fêterons nous aussi quand bon nous semblera». Loin de là ! L'Église Une se devait de trouver une solution théologique, christologique, traditionnelle, obligatoire et commune pour tous. Il ne s'agit pas d'un mauvais raccommodage. Quel fut le modèle des Pères ? La Sainte Écriture. Quand donc l'Esprit Saint descendit-Il sur les Apôtres, dont nous fêtons aujourd'hui la synaxe ? Ce fut «alors qu'ils se trouvaient tous assemblés unanimement en un même lieu». L'Écriture ne dit pas que la moitié d'entre eux étaient montés dans la chambre haute, tandis que l'autre moitié allait le faire treize jours plus tard ! Et dans l'Ancien Testament, Dieu dit : «Toute l'assemblée des fils d'Israël fera cela», et non lorsque chacun voudra. Ou bien, serait-ce que le calendrier des Hébreux était scientifiquement plus exact que le calendrier dit Julien ?

     

    Détournement des écrits de Saint Paul

     

                Pour prouver que la question du calendrier «n'a guère d'importance», les néo-calendaristes ont cité Paul : «Vous observez les jours, les mois, les temps et les années ! Je crains d'avoir inutilement travaillé pour vous» (Ga 4 : 10-11). Que font-ils d'autre que crier plus fort pour avoir raison ? Qui ignore, en effet, que ce passage a d'abord été cité par les partisans de la tradition, précisément contre les innovateurs qui plaçaient l'exactitude scientifique au-dessus de l'unité liturgique et spirituelle de l'Église ?

                La vérité est qu'on ne saurait sérieusement citer un passage de la Sainte Écriture sans connaître le sens que lui donne et la Tradition et l'Histoire de l'Église. Comment l'Église a-t-elle compris ce texte de Saint Paul ?

                La commission du Patriarcat œcuménique convoquée pour statuer sur l'exposé présenté par l'astronome smyrniote Épaminondas Polydorou rendit, le 5 septembre 1902, la sentence que voici : «Examinant la question du point de vue de l'Église, (la commission) ne trouve rien qui justifie cultuellement la nécessité de rompre avec la pratique ecclésiale consacrée par les siècles, et de remplacer le calendrier jugé astronomiquement imparfait par un autre supposé plus parfait, pour respecter l'exactitude astronomique dans la célébration de la Résurrection vivifiante du Seigneur. Célèbrent la fête d'une manière agréable à Dieu non pas ceux qui soignent l'exactitude astronomique en observant les temps, mais ceux qui observent exactement la pureté de l'âme, selon l'Apôtre. Le fait d'observer les jours, les temps, les années et les nouménies témoigne d'une foi encore infantile et suffit à rendre étranger à l'Esprit vivifiant du Christ, et à faire retomber dans la lettre morte du judaïsme et du pharisaïsme».

                Avant d'organiser leurs émissions, les néo-calendaristes devraient donc y regarder à deux fois : M. Papadopoulos a répondu à une auditrice que le nouveau calendrier était «astronomiquement plus exact». Croient-ils que nos Pères ont ignoré l'astronomie ? Au contraire, ils savaient que les rectifications scientifiques n'ont pas de terme assigné, comme l'écrivait Mélétios Pigas : «le besoin de nouvelles corrections se faisant toujours sentir, indéfiniment, pour autant du moins que durera le monde présent».

                Que répondait, quatre siècles auparavant, le Patriarche Jérémie II, à ceux qui voulaient, sous prétexte d'astronomie, enchaîner l'unité liturgique de l'Église au char du scientisme et du modernisme ? «Même si le temps et le mouvement des luminaires célestes provoque quelque irrégularité dans la fixation de la Sainte Pâque, cela du moins n'offense en rien la piété (Delembase, Pascha Kyriou, p.577)». Il écrivait au doge de Venise, Nicolas Daponte que nous n'avons pas besoin de recourir sans cesse aux astronomes pour corriger notre calendrier des fêtes : «...le divin Clément et le Concile de Nicée ont tout bien considéré et composé une règle calendérique excellente et perpétuelle, qui ne nécessite pas le recours permanent aux astronomes». Ceux qui vont à chaque fois trouver ces savants, voilà les chronolâtres. Certainement pas nous ! Comment pourrait-on nous appliquer le passage de Saint Paul, alors que ce n'est pas le temps qui nous soucie, mais la Tradition, les Lois de l'Église et son Unité dans la prière que définit saint Ignace dans sa Lettre aux Magnésiens : «Une seule prière, une seule supplication, une seule pensée, une seule espérance dans l'amour, dans la joie irréprochable, qui est Jésus-Christ, Lui meilleur que tout. Courez tous vous rassembler dans le même temple de Dieu, au pied du même autel».

                Saint Jean Chrysostome interprétait ainsi le texte de Paul, dans sa onzième homélie : «...nous n'observons ni les jours ni les temps ni les années, mais nous suivons partout très fidèlement l'Église, préférant à toute chose l'Amour et la Paix. Quand bien même, en effet, l'Église se serait ici trompée, le bien qui résulterait de la correction des dates ne serait pas si grand que le mal qui sortirait de ce schisme et de cette division... Ne cherche donc qu'une seule chose : que nous fassions toute chose dans la paix et la concorde; de crainte que, tandis que nous jeûnerons et que le peuple entier, ainsi que les prêtres, présenteront leurs supplications communes pour toute la terre, tu ne restes seul à t'enivrer chez toi. Voyez combien un tel acte relève de l'opération du diable et enveloppe non pas un, ni deux, ni trois péchés, mais une multitude. Aussi bien l'Église ignore-t-elle l'exactitude en matière de temps; mais, puisqu'il a plu, à l'origine, à tous les Pères autrefois séparés de se rassembler et de fixer cette date, l'Église qui honore toujours la symphonie et qui aime la concorde, a accepté leur décret. Rien ne saurait vraiment diviser l'Église autant que l'amour du pouvoir. Rien n'irrite tant Dieu que de diviser l'Église... C'est pourquoi je vous dis et je vous proteste qu'il n'est pas moins grave de faire un schisme dans l'Église que de tomber dans l'hérésie» (PG 48, 861 sqq).

                Le VIème Concile œcuménique dit, dans le même sens que «l'Église de Dieu répandue sur toute la terre [doit] mener le jeûne en suivant une même ordonnance». Que les uns jeûnent pendant qu'un autre est ivre, voilà qui renferme une multitude de péchés : or c'est à quoi aboutit le néo-calendrier, qui célèbre Noël pendant que les Vrais Chrétiens Orthodoxes jeûnent.

                Par amour du pouvoir, les innovateurs ont donc fait le contraire de l'Œuvre des Pères, qui avaient tant travaillé pour l'unité. Où régnait la concorde, ils ont mis la division et ils ne rougissent pas de dire : «Cela n'a rien de dogmatique !», tout en se nommant eux-mêmes Église et réclamant l'obéissance à leur apostasie ! Il ne suffit pas qu'ils soient en communion entre eux pour être l'Église. Comme le dit saint Théodore le Studite : «Il ne sert de rien qu'ils aient réuni des Conciles importants et des participants très nombreux, et qu'ils se soient eux-mêmes intitulés Église de Dieu, qu'ils aient ensuite fait semblant de respecter les canons, alors que leur vrai mobile les anime contre les canons... Un concile ne consiste pas dans le simple rassemblement d'évêques et de prêtres, quelque nombreux qu'ils soient - car mieux vaut un qui fait la volonté de Dieu que des milliers qui la transgressent - mais dans le pouvoir de lier et de délier au Nom du Seigneur, dans la Paix et la garde des Canons, et non pas au petit bonheur, mais en suivant la Vérité, les Canons et la Règle de la rigueur».

                Théodoret de Cyr, au Vème siècle, écrit : «Or, puisque la lumière spirituelle a dissipé ce brouillard, partout, sur la terre et la mer, habitants des îles et du continent célèbrent en commun les fêtes de notre Dieu et Sauveur, et où que l'on désire porter ses pas, soit vers l'orient, soit vers l'occident, partout l'on voit la panégyrie célébrée à la même date» (PG 83, 1241). Saint Épiphane de Salamine de Chypre parlait aussi de : «garder les mêmes jours pour les vigiles, les supplications et la concorde, pour le jeûne, l'abstinence, la tempérance...» (PG 42, 371). Et saint Constantin le Grand dans sa lettre : «...comme il est inconvenant et effroyable que les uns soient en train de jeûner, pendant que les autres festoient».

                Tels sont les auteurs que l'on aurait aimé voir citer par M. Phédon Papadopoulos, puisqu'il sort d'une « École de théologie », au lieu de l'entendre réciter le mythe du «concile qui ne le cède que pour le nom à un concile œcuménique». Nous renvoyons au livre La Vérité sur le Calendrier de l'Église (Athènes, 1929) qui relate tous les abus de pouvoirs et manœuvres de coulisse de Chrysostome Papadopoulos. Le nouveau calendrier ne s'est pas introduit dans l'Église par la porte des brebis, mais hélas en passant par une porte dérobée, tout comme un brigand et un voleur.

     

    Le calendrier est une tradition de l'Église

     

                Les néo-calendaristes appellent le nouveau calendrier, non pas «Grégorien» ou «papal», mais «Julien rectifié», pour dissimuler leur innovation. Et que soutiennent certains d'entre eux ? Qu'ils n'ont pas changé la Pâque, parce qu'il existe un canon sur la date de Pâque, mais qu'ils ont changé les fêtes fixes, parce que nul canon ne les en empêchait. Cet attachement judaïque à la lettre des canons est inconnu de l'Église et de sa Tradition. Comme le dit saint Basile le Grand, aucun Canon n'impose de faire le signe de croix ou de se tourner vers l'orient pour prier. Pouvons-nous en déduire que ce ne sont pas des dogmes, ni des points essentiels pour le salut ? La tradition ne divise pas le ménologe d'avec la Pascalie : ils forment un unique calendrier des fêtes, selon lequel l'Église Une, fête d'une voix unanime, une fois l'an, chacune de ses fêtes.

                Jérémie II écrivait au Doge de Venise, Nicolas Daponte en 1583 : «Nous ne sommes pas au-dessus des Canons de l’Église - beaucoup ont ici dévié de la voie droite - mais nous les accomplissons avec obéissance, utilisant dans la mesure du possible, pour l'édification, l'autorité que nous a donnée le Seigneur dans notre Église, qui tient des Saints beaucoup de discours, de témoignages, de Canons, et autres textes lus dans l'ordre durant toute l'année, et si nous rompons un maillon de cette chaîne d'or, nous porterons inutilement un coup qui ruinera l'ensemble... puisque, par la Grâce de Dieu, l'ancienne et la nouvelle Rome ont jusqu'ici célébré ensemble et comme il se doit, une seule fois l'an, l'unique Christ qui a souffert une seule fois la passion, à quoi bon cette confusion et ce scandale des fameux dix jours, qui atteint le monde entier. (Décalage de dix jours au départ, devenu de treize au vingtième siècle.) ?»

                Depuis des siècles, nous expliquons aux Protestants que, conformément à l'Écriture Sainte, notre Tradition est de deux sortes : écrite et non écrite, et qu'il n'est nullement nécessaire qu'une institution de l'Église se retrouve dans l'Écriture ou sous forme de Canon pour avoir force de loi. Le décret du VIIème Concile œcuménique dit : «Nous gardons, sans y introduire d'innovation, toutes les traditions, écrites et non écrites, de l'Église qui nous ont été transmises comme des lois sacrées... Pour ceux qui osent penser ou enseigner autrement, ou selon les hérétiques impurs, rejeter les traditions de l'Église ou inventer quelque innovation... ou imaginer des manœuvres et des artifices pour renverser ne serait-ce qu'une seule des traditions légitimes de l'Église catholique... nous ordonnons, s'ils font partie du clergé, de les déposer, et s'ils sont moines ou laïcs, de les priver de la communion». Les hérétiques d'alors disaient : «Vous adorez des planches et des couleurs. Et quel canon l'ordonne ?» «Où est-il écrit qu'on doive vénérer l'icône du Christ ?» (PG 99). Les novateurs d'aujourd'hui disent : «Vous observez les temps». La vénération des icônes n'en constituait pas moins, avant d'avoir été codifiée, une tradition légitime de l'Église Catholique. (Catholique dans le sens exact du terme, c’est-à-dire universel)

                Le VIIème Concile œcuménique, sachant parfaitement cela, ajoute à son décret cette proclamation : «Nous anathématisons ceux qui ajoutent ou retranchent quelque chose à l'Église catholique... Si quelqu'un rejette une Tradition, quelle qu'elle soit, écrite ou non écrite, de l'Église, anathème !» Saint Taraise, s'adressant aux empereurs, dans le même Concile, déclare : «Au lieu de paix, ils ont appelé la guerre sur le peuple, au lieu de bon grain, ils ont semé l'ivraie dans le champ de l'Église... Le jugement vrai et très droit de l'Église ne tolère qu'on introduise en elle aucune innovation, ni qu'on en ôte la moindre chose !» Telle est la différence entre le calendrier traditionnel et le nouveau : tandis que le premier est légitime, l'autre n'est qu'ivraie.

                Saint Épiphane de Chypre dit : «...l'Église ne peut pas ne pas agir ainsi, ayant reçu cette Tradition des Pères. Or, qui pourrait annuler le précepte d'une mère ou la loi d'un père ? Comme il est dans Salomon : Écoute mon fils, les paroles de ton père et ne rejette pas les préceptes de ta mère (Pr 6 : 20), montrant que l'enseignement a été donné à la fois écrit et non écrit par le Père, c'est-à-dire Dieu, le Fils Unique et le Saint Esprit, et que notre Mère l'Église a en elle des préceptes absolus, qui ne sauraient être annulés !» (PG 42, 516). Le calendrier est l'un de ces préceptes.

                Saint Grégoire de Nysse, en effet, dit ceci : «Il suffit, pour notre démonstration, de tenir de nos Saints Pères cette tradition» (PG 45, 653). Le nouveau calendrier n'est pas un précepte des Pères, il est né de l'appétit du pouvoir de Chrysostome Papadopoulos et de Mélétios Métaxakis. Comme le dit le IVème Concile œcuménique : «Suivant en tout les décisions des Saints Pères». Quel Père les nouveaux-calendaristes suivent-ils ?

                Le Concile Quinisexte, dans son premier Canon, déclare : «Commençant avec la Grâce de Dieu ces paroles sacrées, nous décidons de conserver sans innovation ni altération la Foi qui nous a été transmise... car nous affirmons formellement, avec toute la force que nous pouvons, qu'on ne peut faire ni la moindre addition ni la moindre soustraction à ce qui a déjà été défini», rejoignant Saint Athanase le Grand (PG 26, 593, 638).

                Que M. Phédon Papadopoulos cesse donc de dire que son calendrier «Julien corrigé» ne saurait être «appelé Grégorien». Qu'il soit l'un ou l'autre, il innove. Du reste, comment peut-on dire que c'est, dans notre bouche, une injustice que d'appeler ce calendrier Grégorien, quand les meilleures sources en Grèce, ecclésiastiques ou profanes, en font autant ? Citons simplement la grande Encyclopédie Orthodoxe Religieuse et Morale de Martin (tome 6, p.49) et l'Histoire du Peuple Grec (tome 15, p.260).

                Que disait le métropolite Irénée de Cassandre, en 1929, dans son Mémoire au Synode de la Sacrée Hiérarchie de l'Église de Grèce ? «Je considère comme un devoir sacré de dénoncer comme un acte audacieux, anti canonique et comme une plaisanterie dans des choses qui ne souffrent pas plaisanterie, la modification ou complémentation, ou rectification, ou de quelque nom qu'on veuille la nommer, du calendrier Julien, qui, ne formant qu'un même tissu avec toute la vie de notre Église, lié à son sort pour le meilleur et pour le pire des vicissitudes qu'elle a connues, associé aux anniversaires des grands martyrs de notre Église, et, d'une manière générale, à tout le cycle des fêtes de notre Sainte Église Orthodoxe, constitue sa marque la plus caractéristique, qui garde, comme un ange gardien, la Foi, les Traditions, les us et coutumes de tous ses enfants dispersés sur la surface de la terre, et leur rappelle qu'en célébrant les fêtes selon lui, ils appartiennent à l'Église Une du Christ, la seule qui a l'antiquité pour Elle et qui n'a point varié». Et le même Irénée de Cassandre confessa dans le Synode : «La question du calendrier fait partie du programme moderniste, qu'ils ont tenté, dans ces derniers temps, d'introduire dans l'Église autocéphale de Grèce et il convient de l'examiner comme telle».

                Telles sont les paroles et la confession d'un évêque néo-calendariste, cinq ans après le Concile que M. Phédon Papadopoulos égale en autorité aux Conciles œcuméniques ! Pour nous, nous ne savons qu'ajouter à ces paroles, sinon ceci : comme notre Foi, selon l'Évangile, est morte si elle reste sans œuvre, nous sommes tenus de confirmer notre confession par nos actes et de rompre avec les innovateurs, comme l'ordonnent tous les Saints Pères et les Canons sacrés. Si nous agissions autrement, la hiérarchie novatrice nous laisserait tranquilles et poursuivrait la réalisation de son programme moderniste. Nous sommes un obstacle pour eux, c'est pourquoi ils nous persécutent ou, quand ils ne peuvent le faire, nous appellent «schismatiques».

                C'est l'opposition des «anciens-calendaristes» qui a empêché l'adoption de la Pascalie papale, laquelle a néanmoins été admise en Finlande depuis 1917. Tous les évêques finlandais ont reçu, en récompense, des titres de métropolites au cours de la dernière décennie. Ce n'est qu'une question de temps et de stratégie, comme le laisse clairement entendre M. Phédon Papadopoulos quand il déclare que «il est mathématiquement certain qu'il sera adopté par toutes les Églises». C'est pourquoi ils s'efforcent d'émousser la conscience et la sensibilité orthodoxes des fidèles, réalisant peu à peu leur projet, véritable apostasie !

                Le diable ne chôme jamais, mais il a trouvé dans les années 20 des hiérarques capables d'imposer le nouveau calendrier : le franc-maçon Mélétios Métaxakis, Chrysostome Papadopoulos et Anthime de Bizyè, puis de Maronée. Ce dernier fut le théoricien du nouveau calendrier. Dans son livre « La Question du Calendrier », paru à Constantinople en 1922, il déclarait que l'adoption de son système calendérique permettrait d'économiser des tonnes de papier et d'encre d'imprimerie. Il écrivait (p.7) : «Le principal objet que vise le présent ouvrage est de démontrer que la réforme du calendrier Julien s'impose nécessairement, en accord avec les résultats et affirmations de la science». Et ailleurs : «De toute nécessité, il est impératif de trouver et de mettre en pratique un autre calendrier, dans lequel chaque date du mois tombera aussi un jour fixe dans la semaine» (p.101 et 120). Par exemple, le 25 mars sera toujours un samedi. Le même auteur nous apprend (p.102 - 106) qu'il avait présenté au saint Synode du Patriarcat de Constantinople une suggestion pour stabiliser la date de Pâque, laquelle fut transmise au gouvernement anglais ! «Dois-je gémir sur son impiété ou détester son ignorance ?» (Saint Basile le Grand, PG 31, 476).

                Nos bons amis les « théologiens radiophoniques » nous disent qu'avec le calendrier que nous suivons, nous nous trompons de date, notre 25 Mars n'étant pas le 25 mars astronomique ! Mais peu nous chaut l'astronomie ! Nous savons qu'en ouvrant nos Ménées au 25 mars, nous «résumons les temps en image, selon nos forces», comme dit saint Jean Chrysostome (PG 59, 752), afin «qu'il y ait une même symphonie et une même confession, une seule fête célébrée pour manifester l'unité de l'Église» (Épiphane de Chypre, PG 42, 359) et que tous les orthodoxes, de Chypre, de Grèce, d'Europe, d'Australie, d'Amérique ou de Laponie, dans le même temps - autant que le permet la sphéricité de la terre - ouvrent la bouche pour chanter d'un seul cœur : «Aujourd'hui c'est la révélation de notre salut...»

                Ce n'est donc point nous qui nous inquiétons des temps, mais bien Monsieur Phédon Papadopoulos, selon ses propres dires. Nous savons que le temps, du fait du péché, a été soumis, comme le reste de la création, à la vanité et que, dans la forme où nous le connaissons à présent, il ne subsistera pas mais sera détruit. Saint Basile le Grand dit : «La nature du temps qui s'écoule accompagne ce monde corruptible. Il est, en effet, étroitement lié et apparenté aux choses visibles : il s'en va conjointement aux choses qui se meurent, il accompagne dans l'existence celles qui naissent et deviennent, il partage l'attente et l'espérance de celles qui sont encore à venir» (PG 30, 232).

                Notre équinoxe est conventionnel et point astral; nous judaïserions si nous le changions. Quand nous parlons d'équinoxe du printemps, nous nous plaçons du point de vue de l'hémisphère nord, comme valant pour le monde entier, suivant en cela l'exemple des Pères qui ont fixé les dates de manière purement conventionnelle, de façon que la Pâque tombe entre le 22 mars et le 25 avril du calendrier Julien. Sans quoi, si nous étions attachés au temps, il faudrait que nos frères d'Australie célèbrent Pâque six mois plus tard, vu que notre équinoxe de printemps correspond à celui d'automne dans l'hémisphère sud. La nature et le but du calendrier des fêtes ressort suffisamment des citations patristiques que nous avons rapportées.

     

    Antique condamnation du nouveau calendrier

     

                À propos des diverses condamnations dont le nouveau calendrier a fait l'objet dans l'Église, et qui font partie intégrante de sa Tradition, les théologiens de l'émission nous disent que le moine Théoclète de Saint-Denys affirme que le Sigillion (Décision synodale signée sous Jérémie II et condamnant le nouveau calendrier.) de 1583 a été corrompu au siècle dernier par le moine Jacob de Néa Skiti. On a déjà beaucoup écrit dans les deux sens ; mais, comme il est difficile au lecteur moyen de se rendre évidemment à l'Athos pour y vérifier les manuscrits 772 du Monastère de Saint-Pantéléimon et 285 de la Cellule de l'Hymne Acathiste, et au Sinaï, où existent d'autres manuscrits, nous rassemblons ci-après les témoignages de hiérarques anciens et d'historiens néo-calendaristes récents, qui sont aisés à vérifier en bibliothèque.

    1. Le Métropolite d'Athènes Mélétios, originaire de Joannina (1703-1714), écrit dans son Histoire Ecclésiastique (t.3, p.402) : «Sous le patriarcat de Jérémie, un concile se tint, dans Constantinople, en 1583, alors que Silvestre d'Alexandrie se trouvait aussi dans cette ville. Ce concile condamna le calendrier innové par Grégoire de Rome. Il le refusa, malgré la demande des Latins».

    2. Philarète Bapheidos, Métropolite de Didymoteichos : «Jérémie, considérant les difficultés de la mise en place de cette réforme, rejette la proposition du pape et, en commun avec Silvestre d'Alexandrie, il publie en 1583 une lettre où, définissant les quatre prescriptions du Concile de Nicée sur la date de Pâque, il montre aussi les défauts du calendrier Grégorien. Cette lettre a été écrite à la suite du Concile réuni cette année-là dans Constantinople, lequel a condamné officiellement le calendrier Grégorien» (Histoire Ecclésiastique, tome 3, p.125).

    3. Basile Stéphanidès, professeur d'histoire ecclésiastique, néo-calendariste, rapporte que tout effort, toute tentative faits pour changer le calendrier ont déjà été rejetés il y a six siècles, et que des anathèmes sont même venus s'ajouter à ce refus constant. «Les erreurs du calendrier Julien avaient été reconnues dès la période byzantine. Nicéphore Grégoras (1324) avait proposé une rectification, qui reçut les suffrages du moine Isaac et de Matthieu Vlastaris (1371). Georges Gémiste (+1420) composa un nouveau calendrier» (Histoire Ecclésiastique, éd. Astir, Athènes, 1970, p.762). «Ce concile - de 1593 - proclama, contre les innovations de Rome, la permanence de l'attachement aux décisions des conciles œcuméniques et jeta l'anathème et l'excommunication sur ceux qui viendraient à transgresser les règles fixées par ces conciles pour la date de Pâque» (Ibid, p.699).

    4. Sur le rejet panorthodoxe du nouveau calendrier, le professeur de mathématiques G.L. Arbanitakis, se plaçant d'un point de vue purement historique, écrit, dans la Grande Encyclopédie Hellénique (t.12, p.274) : «L'Église orthodoxe a aussitôt condamné la réforme Grégorienne. Exactement en 1582, les Patriarches de Constantinople, d'Alexandrie et d'Antioche écrivirent une déclaration commune contre les Latins qui avaient contraint de force les chrétiens de Palestine à embrasser leur réforme. Jérémie, patriarche Œcuménique, écrivit aux orthodoxes de Pologne, menaçant d'excommunication tous ceux qui accepteraient la réforme ; en 1593 à Constantinople, un Concile auquel prirent part les quatre Patriarches et le représentant de la Russie, renouvela l'excommunication. Jusqu'à la Grande Guerre, les orthodoxes persistèrent dans leur refus».

    5. Le professeur Jean Karmiris, néo-calendariste, écrit dans l'Encyclopédie de Martin (t.6, p.781) : «Mais Jérémie II refusa - ce calendrier - condamnant à plusieurs reprises la réforme Grégorienne : par son encyclique synodale du 28 novembre 1583, rédigée en commun avec le Patriarche Silvestre ; par une autre adressée à Constantin Ostrogoski ; par sa lettre de février 1583 au prince de Venise, Nicolas Daponte ; par sa lettre aux protestants de Tübingen de septembre 1589, écrite de Moldovalaquie ; par une lettre identique adressée au Métropolite de Philadelphie, Gabriel Sévère, le 7 juillet 1590, comme par la décision du Concile réuni à Constantinople en 1593».

     

    Contradictions de Chrysostome Papadopoulos

     

                D'après les historiens qui ont étudié ce point, l'archevêque d'Athènes lui-même, Chrysostome Papadopoulos, aurait voulu tenter de présenter le Sigillion de 1593 comme un faux fabriqué par les «moines de la Sainte Montagne de l’Athos» ! C'est alors qu'on lui représenta ce qu'il avait écrit de sa main lorsque, encore archimandrite, il enseignait dans l'Université d'Athènes et composait une Histoire de l'Église : «Le nouveau calendrier, écrivait-il, fut refusé d'une manière plus officielle encore par le Concile qui se tint à Constantinople en 1593. Ce Concile rejeta le calendrier Grégorien comme un modernisme contraire aux Canons et aux Ordonnances de l'Église» (Kamaretsou, L'Agonie, p.39). «À cause de cette lutte, le Patriarche de Jérusalem Sophronios IV partit en voyage en 1584, afin de collecter des dons puis, s'étant rendu à Constantinople cette même année, il y prit part à la délibération du Concile réuni par Jérémie II Tranos, en vue de dénoncer et rejeter le calendrier Grégorien, par lequel l'Église latine visait à égarer les orthodoxes» (Histoire de Chrysostome Papadopoulos, p.482). !

     

    L'attitude multiséculaire de l'Église

     

                Chers frères ! Ces témoignages sont-ils des inventions ? Alors comment a-t-on pu négliger ces condamnations prononcées par l'Église ? Depuis le rejet de la proposition de Nicéphore Grégoras (1324) jusqu'à la condamnation du projet d'Épaminondas Polydore de 1902, combien de siècles ont passé ? Et l'Église n'a point varié dans son refus de rectifier le calendrier des fêtes. Voilà pourquoi l'Encyclique patriarcale du 12 mai 1904, que nous citons avec la réserve qui sied. confirme dans sa conclusion ce qui suit : «Faut-il, tout en gardant inchangé le calendrier Julien et les dates des fêtes, sauter seulement treize jours pour faire coïncider nos fêtes fixes avec celles de l'autre calendrier ? Cette solution est insensée et inutile, aucune raison d'ordre ecclésiale ou scientifique n'imposant un tel recalage, sans compter que la coïncidence ainsi obtenue ne saurait être perpétuelle, puisqu'en 2100 un nouveau décalage d'un jour réapparaîtrait. Faut-il dès lors réformer carrément le calendrier Julien, comme scientifiquement incorrect, et mettre ainsi l'année usuelle plus en harmonie avec l'année tropique ? Nous jugeons cette solution prématurée, pour le moment du moins, et totalement superflue : pour nous, en effet, nous ne sommes nullement tenus, du point de vue ecclésiastique, de changer le calendrier ; quant à la science, comme certains l'assurent, elle ne s'est pas encore prononcée définitivement sur la détermination exacte de l'année tropique» (J. Karmiris, Monuments Dogmatiques et Symboliques de l'Église Orthodoxe, t.2, p.1043). Devant cette attitude multiséculaire de l'Église face au changement de calendrier, et après tant de décisions conciliaires, comment peut-on encore prêcher sur les ondes que le calendrier «n'est pas dogmatisé», «n'appartient pas au culte», «n'est pas d'ordre canonique» ? Le 20 avril 1924, avec plus de sens que n'en montrent ces néo-théologiens, le Patriarche Photios d'Alexandrie écrivait à Chrysostome Papadopoulos : «Cher et très zélé frère, comment dire que cette différence sera considérée comme simplement étrangère et sans rapport aux liens et aux décisions dogmatiques et canoniques, du moment qu'elle sera cause que des peuples entiers risqueront d'être scandalisés et de s'éloigner de l'Église ?» Sa formation de théologien et son expérience des affaires de l'Église le protégeait des improvisations grossières des plus jeunes : il savait que le dogme et la vie de l'Église sont à jamais indissociables.

     

    Tout est important

     

                Que de fois, dans les vies des saints et dans les exemples de la conduite de l'Église, nous voyons des traits qui passeraient pour des détails aux yeux des « théologiens » d'aujourd'hui, mais qui étaient, pour les Pères, indissolublement liés au dogme du Salut. Dans l'Ancien Testament, pour apprendre aux hommes à marcher dans la crainte de Dieu et le respect de ses moindres commandements, nous voyons Dieu Se montrer, à l'égard de son peuple «au cou raide», d'une sévérité effrayante. L'homme sorti ramasser du bois dans un jour de sabbat fut lapidé par ordre de Dieu. Il ne permit pas même à Aaron de pleurer sur ses fils mis à mort pour avoir apporté sur l'autel un feu étranger ! Uzza fut frappé pour avoir tendu la main vers l'Arche qu'il voulait pourtant protéger, tandis que Dieu permit que la même Arche fût ouverte par les Philistins et qu'ils y déposassent, à côté de la Loi écrite de sa Main, de la Verge d'Aaron qui avait fleuri et du vase contenant la manne, des imitations en or des rats et des hémorroïdes dont ils avaient souffert. Saint Eléazar, maître des sept saints adolescents Maccabées, lorsque les soldats, pris de pitié, lui dirent qu'ils lui donneraient de la viande de bœuf pour sa nourriture, répondit : «Et comment les enfants d'Abraham sauront-ils que ce n'est pas du porc ?» Et c’est pourquoi, pour ne pas scandaliser les autres, il choisit la mort du martyre !

                Du Nouveau Testament, quel enseignement tirons-nous ? Saint Jean Chrysostome dit de Saint Jean Baptiste : «Jean n'avait point reçu l'ordre de sacrifier et ne fut pas tué pour l'avoir refusé, ni approché de force devant l'autel, ni tiré devant des idoles; il eut la tête tranchée pour une simple parole, parce qu'il avait dit à Hérode : il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton frère Philippe».

     

    S'agissant de Dieu, il n'est point de détails

     

                Qu'avait-elle de dogmatique, l'affaire du remariage anti canonique de Constantin VI, empereur de Constantinople - au point de conduire deux fois jusqu'au schisme -,  de faire persécuter Saint Théodore le Studite et ses moines et de créer tant de soucis à Saint Taraise qui avait indirectement usé de cette économie pour lutter contre l'iconoclasme ?

                Qu'avait-elle de dogmatique, la déposition de Saint Jean Chrysostome ? Néanmoins, ce saint Père déclare ceci, à propos des Joannites qui, refusant de s'associer à l'injustice, avaient rompu la communion avec Saint Arsace, créant un schisme et souffrant mille maux effroyables : «...préférant tout supporter et tout souffrir, plutôt que d'être mêlés à la transgression... Eux qui soutinrent les lois des Pères et les règles de l'Église alors qu'elles étaient attaquées... comment ne seraient-ils pas mille et mille fois dignes de figurer dans le chœur des Saints Martyrs ?»

                Qu'avait-elle de dogmatique, la coutume latine de jeûner le samedi ? Que dit, pourtant, Saint Photios dans sa Lettre aux Trônes épiscopaux d'Orient : «Ils ont commencé par introduire en Bulgarie, contre les saints Canons, le jeûne du samedi. Or, le moindre rejet des Traditions conduit très communément au mépris total du dogme» et dans sa lettre 6 il ajoute : «... ainsi donc, celui qui inflige la plus petite modification à la Foi et au culte chrétiens, dont la beauté et l'éclat dépassent véritablement toute chose, celui-là commet une action très laide et en reçoit aussitôt le blâme».

                Qu'y a-t-il de dogmatique à emprunter, pour son usage personnel, un peu de cire ou d'huile de la réserve de l'Église, ou un récipient Lui appartenant ? Et pourtant les Canons 72 et 73 des Apôtres punissent ces méfaits d'excommunication.

                Est-ce une faute dogmatique que de jouer aux dés ? Et pourtant, le clerc qui s'y adonne encoure la déposition, selon le Canon 42 des Apôtres.

                Certains néo-théologiens tentent d'introduire une distinction entre les Canons «dogmatiques» et ceux qui ne le seraient pas. Or les Canons sont liés les uns aux autres et nous n'avons jamais reçu de l'Église une telle distinction, dans la mesure où tous expriment la même et unique Tradition ecclésiastique. Est-il d'importance dogmatique que nous chantions dans la liturgie, lors de certaines fêtes du Seigneur, «Vous tous qui avez été baptisés en Christ» à la place du Trisagion, alors même que les baptêmes ne sont généralement plus célébrés lors de ces fêtes comme ils l'étaient autrefois ? Sont-ce des actes dogmatiques que d'allumer des cierges, de brûler de l'encens et, pour les prêtres, de porter la barbe et de revêtir le rasso et le camylafque (vêtement et coiffe ecclésiastique) ? Celui qui néanmoins voudrait changer tout cet ensemble, bouleverserait de fond en comble la vie séculaire de l'Église (Le fait que ces divers éléments ont connu une évolution au cours des siècles prouve que la Tradition n'est pas une masse figée, mais un «progrès dans le même sens» sous la conduite de l'Esprit. Il n'est permis à personne de changer l'habit ecclésiastique, sauf à l'Église, qui amène peu à peu, dans sa marche temporelle chaque tradition à sa perfection, et lorsque l'Église s'est prononcée, son jugement est définitif).

     

    À propos des icônes

     

                M. Phédon Papadopoulos nous a également accusés d'avoir des icônes occidentalisantes.

                Avec nos pauvres moyens matériels, nous nous sommes efforcés d'embellir notre calendrier de cette année en l'ornant de saintes icônes pour le recueillement et l'instruction de nos fidèles : nous le distribuons gratuitement à qui le désire, comme bénédiction. Si quelqu'un y trouve une icône à l'occidentale, qu'il l'indique et nous l'enlèverons.

                Je poserai à mon tour une question à M. Phédon Papadopoulos : n'y a-t-il donc aucune icône de ce genre dans vos églises et monastères ? Quelle sorte d'icône la Fraternité Zoï distribue-t-elle depuis des dizaines d'années aux enfants des écoles catéchétiques ? Est-ce de nous que les moines du Mont Athos ont appris à peindre, pour répondre au goût du public, tantôt des icônes orthodoxes, tantôt des images occidentales ? Toutes les images occidentalisantes qui sortent des presses de Grèce et qui fleurissent aux devantures des boutiques ne sont pas destinées qu'aux «anciens-calendaristes» ! Il en existait, en Grèce, avant 1924. C'est l'inoubliable Photios Kontouglou qui a fait connaître l'œuvre des iconographes russes, notamment d'Ouspensky, et qui est revenu à l'iconographie traditionnelle.

                Notre peuple a vécu, sous la turcocratie, des siècles d'esclavage très pénibles, dans la pauvreté et l'ignorance, et il a subi l'influence de divers courants étrangers. Le petit peuple s'est efforcé de garder sa Foi avec les icônes qu'il trouvait. Quand, par la Grâce de Dieu, nous avons retrouvé la liberté, la hiérarchie de notre Église, au lieu de corriger les abus et d'instruire le peuple sur ce point, a renversé toute l'Église, au point même d'ajouter aux icônes occidentales le calendrier occidental et de nous faire adorer «à la franque», comme des catholiques-romains ! Citez-nous une seule encyclique pastorale de la hiérarchie apostat qui traite de la réforme de l'iconographie ? Est-ce nous qui l'aurions empêchée ?

                Rien de ce qui touche à la Sainte Tradition de l'Orthodoxie ne nous est indifférent. Qu'il s'agisse du Typikon, de l'iconographie sacrée, de la musique ecclésiastique, de l'architecture des églises, etc. Il n'y a point pour nous de choses petites ou grandes, premières ou secondaires, car de l'Évangile nous avons appris que «c'est ceci qu'il fallait pratiquer, sans négliger cela !» Dès l'instant qu'une chose «est une Tradition», comme le dit Saint Jean Chrysostome, nous ne cherchons pas au-delà. La Foi que nous avons reçue de nos Pères n'est pas objet d'étude pour les oiseux. Hommes faibles, toutefois, nous sommes nous aussi incapables de surmonter toujours les nombreuses difficultés des temps.

                Lorsque, en 1924, les orthodoxes furent chassés de leurs églises par les innovateurs, ils emportèrent avec eux les icônes qu'ils trouvaient. La hiérarchie d'alors n'avait pas décidé l'introduction d'icônes occidentales, c'est pourquoi il n'était pas nécessaire que les orthodoxes prissent position sur ce point comme ils devaient le faire pour le calendrier.

                Certes, le diable ne sommeille jamais et s'efforce sans cesse de semer l'ivraie dans le champ de l'Église, ce qui nous oblige à une vigilance de tous les instants. Toutefois, les orthodoxes étaient alors outrageusement persécutés de toutes les manières, leurs églises fermées... il y eut même des célébrations en plein air devant les portes closes, sans icône ni rien d'autre. Même les études de théologie à l'université leur étaient interdites. Voici le communiqué officiel de la Faculté de Théologie d'Athènes en date du 10 octobre 1950 : «Il est porté à la connaissance des étudiants de l'École que, selon une décision unanime de l'École, prise lors de la réunion du 10 octobre 1950, ne seront pas admis à passer l'examen tous ceux qui suivent l'ancien calendrier, et donc ne se trouvent pas en relation canonique avec les Autorités Ecclésiastiques légitimes. Ceux qui se trouvaient jusqu'ici dans cette situation devront présenter à l'École le libelle canonique» (Protestation du Saint Synode de l'Église Vrai Chrétienne Orthodoxe Grecque, octobre 1950, p.5). Il est certain que la vraie théologie ne s'apprend pas dans les universités, indépendamment de la prière, de la pénitence et de la vie sacramentelle; mais tel était le fanatisme des nouveaux-calendaristes : par le système d'échange prévu dans l'Encyclique de 1920, ils ouvraient leurs universités aux étudiants papistes et protestants et, dans le même temps, ils en fermaient l'accès aux étudiants orthodoxes et ce, dans leur propre pays ! Et ils ne rougissent pas de honte de nous accuser calomnieusement d'avoir introduit des icônes occidentales !!!

     

    Sur l'œcuménisme

     

                Un auditeur a téléphoné pour dire qu'il pouvait montrer des milliers de photographies de liturgie et de prières communes entre les nouveaux-calendaristes et des hérétiques. «Ce sont des mythes», a rétorqué Phédon Papadopoulos, (parce que quelqu'un a souri ou donné une poignée de main, nous, les anciens-calendaristes, nous l'interpréterions par malignité comme une concélébration). «En réalité, les néo-calendaristes n'entretiennent avec les non-orthodoxes - selon ses propres mots - qu'un dialogue ayant pour but de les amener à la Foi Orthodoxe. Et s'il arrive qu'un évêque se rende chez eux à une heure de liturgie - sans, bien sûr, y prendre part - celui qui s'en scandalise doit en référer au Synode et ne pas s'instituer, à lui tout seul, juge des évêques»

    La mémoire de M. Phédon Papadopoulos commence, semble-t-il, à lui jouer des tours … !

    Citons :

    1. L'Album édité par un nouveau-calendariste, l'Archimandrite Athanase I. Basilopoulou, Apo ten poreian tes agapes (Du chemin de l'amour), Athènes, 1968. Le lecteur, entre autres, y verra :

    - L'Archevêque anglican de Cantorbéry revêtu de tous ses ornements bénissant, depuis les Portes Saintes de l'église Sainte-Sophie de Londres, le peuple orthodoxe, en faisant le signe de croix, tandis qu'à sa gauche, le patriarche Athénagoras, avec tous ses ornements d'archevêque, trace de même le signe de croix.

    - L'Archevêque catholique-romain de New-York, Terence Cook, avec tous ses ornements, bénit le peuple, depuis les Portes Saintes, en l'église de la Sainte-Trinité de New-York ; à sa gauche, avec ses ornements d'archevêque, l'Archevêque Jacob ainsi que des clercs arméniens et d'autres confessions.

    - À Boston, le Cardinal Cushing bénit le peuple orthodoxe avec la croix de l'Archevêque Jacob. Autour de lui, Jacob et les autres évêques, en grand appareil archiépiscopal, et parmi eux Emilien de Séleucie qui porte, en guise d'icône, une photo d'Athénagoras ! (membre d’une loge franc-maçonnique) !

                Ces exemples de photographies sont-ils des mythes ? Quant au dialogue «pour le retour des hérétiques à la Foi Orthodoxe»... que dire, et par où commencer ? Voici une déclaration du Saint Synode de l'Église de Grèce, publiée dans le périodique Macédoine du 7 novembre 1967 : «Lors de la session du Saint Synode, a été lue la relation, envoyée par le patriarcat œcuménique, de la visite que sa Sainteté le Patriarche œcuménique a rendue à sa « sainteté le pape de Rome » du 26 au 28 octobre, ainsi que les discours et déclarations échangés entre eux et d'autres dignitaires de l'Église de Rome. Après lecture et étude de ces documents, le Saint Synode a constaté avec une particulière satisfaction que, par la bénédiction de Dieu, cette visite et cette nouvelle rencontre des deux présidents des deux Églises, catholique-romaine et orthodoxe, avait été réalisée selon l'attente et la prière fervente du Saint Synode et du pieux plérôme de l'Église ! Dans le communiqué officiel publié après la rencontre, le Saint Synode a souligné en particulier que les deux chefs reconnaissent que le vrai dialogue d'amour sur lequel doivent être fondées toutes les relations entre eux et entre leurs Églises doit être basé sur une confiance intégrale dans le seul Seigneur Jésus-Christ et le respect réciproque des traditions propres de chacune des deux Églises, et que le dialogue d'amour entre ces Églises doit porter les fruits de la collaboration désintéressée... sur le plan communiel et spirituel dans le respect mutuel de la fidélité des chrétiens de chaque parti à l'égard de nos Églises respectives. C'est pourquoi le Saint Synode a aussi exprimé ses vœux pour une heureuse issue de la visite de sa sainteté le Patriarche œcuménique Athénagoras, et son désir de toute son âme pour que le dialogue ainsi entrepris dans l'amour et le respect mutuel sur pied d'égalité entre les Églises, soit conduit jusqu'à son terme propice pour la gloire de notre sainte Église et de son divin Fondateur». Ce texte est-il mythique ? Oui, absolument, quant à son contenu ; mais malheureusement non, quant à son existence historique, c’est un FAIT !

                Que nous apprend Théodoropoulos de « l'ecclésiologie d'Athénagoras » ? En voici un aperçu : «Mais nous avons aussi beaucoup de différences, dites-vous. Lesquelles ? Le filioque ? Il existait depuis le septième siècle et les Églises n'étaient point séparées. La Primauté et l'Infaillibilité ? Que nous importe ? Chaque Église gardera ses propres Canons. Si l'Église catholique le souhaite, elle gardera ces deux-là... Du reste, nous nous considérons tous comme infaillibles. Dans notre travail, notre réflexion, bref, partout. Ta femme te demande combien de sel elle doit mettre dans ton pot ? Elle aussi, elle a son infaillibilité. Que le Pape ait la sienne s'il lui plaît ainsi. Nous ne cherchons pas à avoir la même chose» (Les Deux extrêmes p.36).

                La décision de donner la communion aux catholiques-romains, prise par le patriarcat de Moscou et par le métropolite de Thyatire, fut-elle mythique ?

                Que nous apprend le même Théodoropoulos sur la « Foi »  de Jacob Archevêque d'Amérique du Nord et du Sud et des deux Océans Pacifique et Atlantique ? «Nous ne pouvons pas nous abuser nous-mêmes davantage et dire que le christianisme tel que nous l'avons conçu jusqu'à présent est réellement adapté à notre peuple... nous avons besoin d'un nouveau christianisme, entièrement fondé sur des conceptions et des termes neufs... nous ne pouvons enseigner le genre de culte que nous trouverons dans les générations futures... Nous pensons que le Mouvement œcuménique, quoique d'origine chrétienne, doit développer un mouvement de toutes les religions, de rapprochement de l'une vers l'autre, afin que le dialogue soit vrai, car toutes les religions servent Dieu et l'homme. Il n'y a qu'un seul Dieu...» (Ibid., p.23, 27) !!!

    Du mythe, encore ? Qu'ont donc fait les poissons des Océans Atlantique et Pacifique, pour mériter un tel … archevêque ?

                C'est un mythe, monsieur Papadopoulos, que l'archevêque de Crête Eugène, à l'heure de la Divine Liturgie, dans l'église Saint-Ménas d'Hérakléion, dans laquelle il est censé concélébrer avec les Anges, ait pendu au cou du cardinal Willebrands un pectoral d'évêque, tandis que le cardinal «bénissait» et que le peuple chantait le Axios (il est digne) et Christ est Ressuscité, ainsi que beaucoup d'années au pape et à Athénagoras. Timothée d'Arcadie a suspendu aussi un pectoral d'évêque sur la poitrine du cardinal Carpino. Peut-on imaginer Saint Athanase ou Saint Cyrille passant l'insigne de leur dignité d'archevêque des orthodoxes autour du cou des ariens et des nestoriens ? !!!

                Est-ce un mythe que la réception spectaculaire du pape par le métropolite Damaskinos de Suisse, en 1984, dans l'église Saint-Paul du Centre Patriarcal de Chambézy, avec ornements, prières et «beaucoup d'années» ? N'a-t-il pas nommé cette visite «une seconde Pentecôte» ? !!!

                Pour citer un exemple plus proche, le patriarche Bartholomée a appelé récemment le papisme «second poumon» de l'Église; et le métropolite américain du patriarcat d'Antioche a rendu public, dans son périodique The Word, d'avril 1992, le typicon (ordo) des prières communes, concélébrations et communion dans les sacrements entre orthodoxes et monophysites syriens. Sont-ce des mythes ? !!!

                Ce n'est là, chers frères en Christ, qu'une bien mince sélection de quelques actes et proclamations de l'apostasie. Il en existe des centaines d'exemples et chaque jour en ajoute de nouveaux ; mais si ceux que nous venons de mentionner ne suffisent pas à vous faire prendre conscience que notre Église Orthodoxe traverse un orage gravissime et que chacun doit veiller pour ne pas faire naufrage, il serait superflu de vous fournir d'autres preuves. Quand un œuf est sur la table, point n'est besoin de le manger tout entier pour savoir s'il est frais.

                Nous ne parlons pas ainsi pour faire du prosélytisme. Il ne s'agit pas de vous faire abandonner vos pasteurs au profit des nôtres, comme s'il se trouvait chez nous plus de vertu. Nous sommes des pécheurs, qui avons besoin de l'Hôpital du Christ.

                Or, c'est justement parce que nos plaies sont purulentes que nous voulons d'un hôpital pur et sans tache. Dans certains hôpitaux d'ici-bas, on attrape parfois une maladie du fait même des instruments médicaux, couverts de microbes. De tels établissements ont pourtant un personnel en blouse blanche. Telle est l'apostasie. Comme en fait foi les Divines Écritures et l'Histoire de l'Église, c'est de l'intérieur de l'Église qu'elle se manifeste ; sans quoi, elle ne serait pas l'apostasie, mais simple attaque extérieure. Elle est introduite par des clercs respectables, qui jeûnent, font de longues cérémonies, de grandes panégyries, et qui ont un certain rayonnement. Sans quoi, ils ne seraient pas des «imposteurs et des magiciens» égarés eux-mêmes et égarant les autres, comme le témoigne l'Écriture prophétique.

                C'est pourquoi, frères bien-aimés, Saint Ignace Théophore avertit : «Tout homme qui parle contre les ordonnances - de l'Église - même s'il est digne de foi, qu'il jeûne, qu'il reste vierge, qu'il opère des signes, considère-le comme un loup qui, sous la peau de la brebis, massacre le troupeau». Saint Basile dit aux clercs d'aujourd'hui qui se réunissent avec les hétérodoxes pour des prières communes : «Ceux qui font semblant de confesser la Vraie Foi Orthodoxe, mais communient avec les hétérodoxes, si, après un avertissement, ils ne cessent pas, on doit non seulement rompre la communion avec eux, mais ne plus même les nommer frères !»

                Il n'est pas exact que nous devions attendre un concile pour consommer cette rupture, comme le suggère M. Phédon Papadopoulos. Les moines athonites qui moururent martyrs sous Beccos n'avaient pas attendu de concile pour rompre avec lui !

                Frères bien-aimés, nous n'avons attaqué personne ; mais notre Sainte Foi Orthodoxe, celle de nos Pères et la vôtre aussi, a été attaquée, et nous avons répondu. Vous ne l'avez pas gardée avec assez de vigilance et maintenant l'ennemi sème l'ivraie tandis que nous dormons. C'est pourquoi nous vous disons ce que nous nous disons d'abord à nous-mêmes et que nous avons reçu du Sauveur : Veillez !

                L'animateur de l'émission a dit que votre Église avait fait des propositions d'union que nous avons refusées. Quelles propositions ? À quoi bon s'unir dans l'apostasie ? Par contre, si votre hiérarchie revient vraiment à l'Orthodoxie et rejette officiellement, publiquement, conciliairement, et dans les faits, l'erreur sous toutes ses formes, alors nous serions fous de refuser une union qui ramènerait à l'Église ses brebis égarées et toute sa gloire !

                Nous ne vous demandons pas de nous suivre, mais de suivre non pas votre foi, mais LA FOI DE L’ÉGLISE QUI NOUS A ÉTÉ TRANSMISE sans la changer ; de suivre non pas votre tradition, mais LA TRADITION DE L’ÉGLISE QUI NOUS A ÉTÉ TRANSMISE sans la modifier.

                Ainsi, que Dieu soit notre Sauveur à tous, par les prières de notre toute pure Souveraine, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, des Saints et glorieux Apôtres, dont nous célébrons la mémoire en ce jour selon le calendrier des Pères et l'ordre de l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique de Notre Seigneur Dieu Jésus-Christ.

     

     

    Institut Saint Épiphane de Salamine

    Larnaka, Chypre, 1993

    +

  • Histoire de l'Eglise de France

    Signature du Père Wladimir Guettée.jpg

     

     Lecture au format PDF des douze tomes complets de

    L'Histoire de l’Église de France du Père

    Wladimir Guettée

     

    Tome 1) http://books.google.com/books?id=2tcVA3q6FYUC&hl=fr&pg=PP7#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 2) http://books.google.com/books?id=W4kBzgLLvbwC&hl=fr&pg=PP7#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 3) http://books.google.com/books?id=np0FAAAAQAAJ&dq=Histoire%20de%20l'Eglise%20de%20France%20tome%203%20de%20l'abb%C3%A9%20Guett%C3%A9e&hl=fr&pg=PP9#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 4) http://books.google.com/books?id=H9VLAAAAMAAJ&hl=fr&pg=PP9#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 5) http://books.google.com/books?id=aKMAAAAAcAAJ&dq=Histoire%20de%20l'Eglise%20de%20France%20tome%205%20de%20l'abb%C3%A9%20Guett%C3%A9e&hl=fr&pg=PA1#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 6) http://books.google.com/books?id=CX2pBwUbZr4C&hl=fr&pg=PP7#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 7) http://books.google.com/books?id=450FAAAAQAAJ&hl=fr&pg=PR1#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 8) http://books.google.com/books?id=TKE-AAAAcAAJ&dq=Histoire%20de%20l'Eglise%20de%20France%20tome%208%20de%20l'abb%C3%A9%20Guett%C3%A9e&hl=fr&pg=PR4#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 9) http://books.google.com/books?id=-laOQOPYhqQC&hl=fr&pg=PP7#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 10) http://books.google.com/books?id=S6VX3H4IORoC&hl=fr&pg=PP7#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 11) http://books.google.com/books?id=VFqF1rKb7csC&hl=fr&pg=PA1#v=onepage&q&f=false

     

    Tome 12) http://books.google.com/books?id=_hlX12k0xYMC&hl=fr&pg=PA468#v=onepage&q&f=false

     

     

     

    Père vénérable Wladimir Guettée.jpg

    + Notre Père Wladimir GUETTÉE +

     

    +

     

    ____________

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Père Epiphane, Métropolite de l'Eglise Orthodoxe de l'île de Chypre, conservant le Saint calendrier des Saints Pères Théophores.

    Père Epiphane.jpg

    +

     

    http://www.orthodox-christianity.net/epiphanios-funeral/epiphanios-funeral.html

    +

    http://gnisios.narod.ru/biscyp.html

     

    +

    + MÉMOIRE  ÉTERNELLE +

    +


    +