Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 23 mai 2015

PROFESSION DE FOI ET CATECHETIQUE ORTHODOXE (2)

2. Je crois et je confesse que Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est le Verbe Pré éternel de Dieu, le Fils Coéternel d'un Père sans commencement et qu'Il n'a Lui-même jamais commencé ! Vrai Dieu de Vrai Dieu, Lumière de Lumière, Engendré Fils Unique et non créé, Consubstantiel au Père à savoir : de la même substance que le Père et non d'une substance semblable ou similaire à celle du Père et sans être confondu avec le Père. Le Père engendre le Fils hors du temps et sans commencement, et par Lui et avec Lui et en Lui, Il crée toutes choses visibles et invisibles. Il s'est incarné dans le temps, dans le sein virginal de la Vierge Marie par la vertu du Saint-Esprit et Il s'est fait Homme. Je le confesse depuis Son Incarnation Dieu parfait et Homme parfait ! Je confesse en Lui deux natures : la plénitude de la nature divine car en Lui, selon les Saintes Écritures, « habite toute la plénitude de la Divinité corporellement1 » et la plénitude de la nature humaine comme Il s'est Lui-même proclamé : « Fils de l'Homme2 » ! J'adore en Lui deux natures, inséparables mais non fusionnées3. Selon les Pères je pense à l'exemple du fer rougi par le feu : on tranche avec le feu et on brûle avec le fer, sans que les deux éléments se distinguent l'un de l'autre ni fusionnent l'un dans l'autre. Je le confesse Impassible dans Sa Divinité et passible dans Son Humanité. Il est descendu sur terre tout en remplissant les cieux ! Il s'incarne dans le sein virginal sans avoir quitté le sein du Père Éternel ! Je confesse la condescendance divine sans professer un déplacement dans l'espace ! En Lui je reconnais aussi deux volontés, une divine et une humaine, comme Lui-même nous l'a montré au jardin de Gethsémani. Les deux volontés s'harmonisent mais l'une n'absorbe pas l'autre. J'adore deux natures, avec deux volontés mais Une seule Personne, Une seule Hypostase ! Il est, selon Saint Irénée de Lyon, la partie visible du Père Invisible comme le Père reste la partie invisible du Fils, et c'est par Lui, le Fils, que nous sommes « créés à l'image de Dieu4 » et c'est par le Fils que nous connaissons le Père et sans le Fils il n'y a pas de connaissance divine, et ceux qui prétendent adorer le Père en ignorant le Fils, n'adorent pas le Dieu révélé par Jésus-Christ, ils n'adorent pas le même Dieu que nous, mais un être illusoire créé par leur imagination et leur égarement, un faux dieu, car le Vrai Dieu est inséparable de Son Fils et du Paraclet5 !

1 - Col. 2, 9.

2 - Lc 22, 48. (Également dans les quatre Évangiles)

3 - 4 ème Saint Concile Œcuménique de Chalcédoine ; 5 ème Saint Concile Œcuménique de Constantinople II.

4 - Gn. 1, 26-27 ; Col. 3, 10.

5 - Lc 3, 21-22 ; 9, 35 ; Mc 1, 11 ; 9, 6 ; Mt. 3, 17 ; 17, 5 ; 28, 19 ; 2 ème Saint Concile Œcuménique de Constantinople I ;

 

 +

 

mardi, 12 mai 2015

PROFESSION DE FOI ET CATECHETIQUE ORTHODOXE (1)

 

Saint Marc d'Ephèse.jpg

 

La Foi Transmise

Profession de Foi Orthodoxe et catéchétique à l'usage de ceux qui approchent la Sainte Illumination par le Sacrement du Baptême.

 

Revue et corrigée par le Saint monastère de la Transfiguration à Boston U.S.A. (sous la juridiction canonique du Saint Synode de l’Église Orthodoxe Russe hors-frontières)

Publiée avec la bénédiction du Très Révérend Archimandrite Père Ambroise FONTRIER de bienheureuse mémoire, doyen des paroisses de l’Église Orthodoxe de France.

 

Rédigée par le révérend Père Basile SAKKAS (+ 2014)

 

Les Trois Saints Hiéraraques.jpg

 

Quand on confesse son appartenance à l’Église Orthodoxe Une, Sainte, Catholique et Apostolique, on est dispensé de toute autre confession de Foi particulière car dans l’Église réside la plénitude de la Vérité et une profession de Foi particulière n'ajoute rien.

Bien au contraire, la multiplication d'idées risque de devenir une cause supplémentaire de déformation, de déviation et d'égarement.

Puisque le diable, à l'aide de différends courants de la pensée humaine, s'efforce de contrefaire la Foi pure de l’Église et que l'on attribue souvent au Credo de Nicée-Constantinople, tout en le récitant intégralement, des significations diverses et personnelles, rationalistes ou allégoriques, j'expose ici, plus en détail, ma Foi en l’Église Orthodoxe, afin que la triple récitation du Credo que je ferai lors de mon Baptême se fasse selon les intentions de l’Église Orthodoxe Une, Sainte, Catholique et Apostolique en évitant tout équivoque.

En exposant en détail ma profession de Foi, je demande à Dieu de me préserver de l'égarement et du danger que j'encours de me tromper ou de déformer les Vérités Divines par l'infirmité du langage humain, dont la valeur est toute relative, inapte que je suis de parler correctement des choses de Dieu !

Dieu m'est témoin que par cette profession de Foi solennelle je n'expose pas mon savoir, ne cherche pas à définir les choses indéfinissables par leur nature, mais essaye de me préserver de l'erreur et de l'égarement en dénonçant les fausses doctrines.

En outre je cherche à prouver au prêtre qui me baptisera et qui ne peut sonder mon cœur, la pureté relative de mes intentions ; que mon choix au milieu du chaos du monde où nous vivons est libre et conscient ; que je ne suis pas victime de mon exaltation, de mes illusions, de mes sentiments qui peuvent m'égarer, de mon raisonnement défaillant à cause de mon péché, mais que c'est Dieu qui, me donnant un avant-goût de Sa Grâce, (la Grâce avant la Grâce) conférée par le Saint Baptême, m'a rendu digne sans que je le mérite et pour une raison que je ne peux expliquer, de percevoir le chemin qui mène à la vie éternelle.

C'est Lui Qui a mis dans mon cœur le vouloir de m'y engager et le désir ardent de devenir membre de Son Corps Glorieux en m'unissant par le Saint Baptême et la Sainte Eucharistie, à Sa Véritable et Authentique Église Orthodoxe Une, Sainte, Catholique et Apostolique !

C'est ainsi que, renonçant à tout mon passé, reconnaissant que je n'ai jamais fait quoi que se soit de bon sur la terre, je me prosterne devant mon Dieu Qui a créé les cieux et la terre : « Qui voit des défauts même parmi Ses Anges » et devant Qui : « Les cieux mêmes ne sont pas purs1 » je n'élève pas mes mains vers un : « dieu étranger » mais, à l'exemple des Trois Jeunes Gens dans la fournaise ardente de Chaldée2 , je lève mes mains vers : « Le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob3 » le Dieu de tous les Justes, Patriarches, Rois, Prophètes, Apôtres, Saints et : « Tout esprit juste accompli dans la Foi ».

Je cherche en confessant Jésus-Christ par le Saint-Esprit, être rendu digne de devenir le fils de tous ces Saints et cohéritier avec eux des promesses qui leur ont été faites, afin que je puisse aussi oser appeler avec hardiesse et sans encourir condamnation le Dieu du Ciel : « PERE » et : « DIEU DE MES PERES » !

  1. Je crois à Dieu le Père, sans commencement, Indescriptible, Incompréhensible, Inexprimable, Incommensurable, Qui est au-dessus de toute substance créée, Qui Seul connaît Sa propre nature et Sa propre substance, Qui n'est Identique qu'à Lui-même, à Son Fils et au Saint-Esprit, sur Lequel même les Séraphins n'osent poser leur regard ! Je crois qu'Il est la CAUSE de toute chose en même temps que le BUT FINAL de toute chose. Il n'y a personne au-dessus de Lui et Il est éternel, sans commencement et sans fin. Il est le Créateur de tout l'univers visible et invisible. A part Lui, toutes les créatures visibles et invisibles ont eu un commencement et il y eut un moment où elles n'ont pas existé. Il a créé l'univers ex-nihilo ! La terre a eu un commencement. L'homme fut créé par l'Amour de Dieu. Mais la Création de l'homme (et de l'univers) ne constitue pas un besoin pour Dieu. La création est le fait de la volonté libre et inconditionnée du Créateur. S'Il l'avait voulu Il aurait pu ne pas nous créer et l'absence de la Création ne constituerait pas une privation pour Lui. L'Amour créateur de Dieu n'est pas un amour qui Lui procure une satisfaction. Dieu n'a aucun besoin à satisfaire. Il est au-dessus de tout besoin et de toute nécessité. L'Amour de Dieu ne peut être comparé avec l'amour des hommes, ni aucun autre de Ses attributs : Paternité, Justice, Bonté. C'est un amour entièrement libre, entièrement désintéressé, qui constitue un Mystère, qui est insondable pour la raison humaine ! Dieu n'a pas de « sentiments » qui créent en Lui la passion, la souffrance, le besoin, la nécessité. Toutefois, bien que la nature de l'Amour Divin soit insaisissable et inexplicable pour la raison humaine, cet amour est réel et authentique et je confesse selon les Saintes Écritures que : « DIEU EST AMOUR4 » !

1- Jb 15 : 15.

2- Dn. 3 : 16-18. et versets version en grec de la Septante : 24-90.

3- Ex. 3 : 6 ; Mt. 22: 32 ; Mc 12 : 26.

4- 1 Jn 4 : 8-9

 

+

samedi, 18 avril 2015

Photographies de Grands Habits Monastiques, parfois anciennes.


 

Moines du Grands Habits dans la Sainte Russie, au Saint Mont-Athos, en Serbie ;

+

lundi, 30 mars 2015

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 12.

Le Père w. guettée-001.jpg

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211901s.r=.langFR

 

+

GLOIRE A DIEU POUR TOUT

+

vendredi, 27 février 2015

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 11.

Père Wladimir Guettée.jpg

 

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211898r.r=.langFR

 

+

lundi, 02 février 2015

La Sainte Bible selon La VULGATE - Traduction en français.

Saint Jérôme.jpg

 

http://archive.org/stream/lasaintebiblepol00vigo

 

+

 

 

dimanche, 25 janvier 2015

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 10.

Père Wladimir Guettée.jpg

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62118995.r=.langFR

 

+

jeudi, 01 janvier 2015

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 9.

Père Wladimir Guettée.jpg

 

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211749x.r=.langFR

 

+

vendredi, 21 novembre 2014

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 8.

Père Wladimir Guettée.jpg

 

 

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62119041.r=.langFR

 

+

lundi, 27 octobre 2014

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 7.

Le Père w. guettée.jpg

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62120151.r=.langFR

 

+