samedi, 27 septembre 2014

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 4.

 

Père Wladimir Guettée.jpg

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211642p.r=.langFR

 

+

lundi, 01 septembre 2014

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 3.

Père Wladimir Guettée.jpg

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211903m.r=Histoire+de+l%27Eglise+de+France+abb%C3%A9+Guett%C3%A9e.langFR

 

+

mardi, 19 août 2014

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 2.

Père vénérable Wladimir Guettée.jpg

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211897b.r=Histoire+de+l%27Eglise+de+France+-+Abb%C3%A9+Guett%C3%A9e.langFR

 

+

 

 

jeudi, 14 août 2014

HISTOIRE DE L'EGLISE DE FRANCE - Tome 1.

Père vénérable Wladimir Guettée.jpg

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6211752d.r=Histoire+de+l%27%C3%89glise+de+France+-+Wladimir+Guett%C3%A9e+.langFR

 

+

 

 

jeudi, 07 août 2014

Pour la défense de la mémoire du vénérable Père Wladimir GUETTEE

Père vénérable Wladimir Guettée.jpg

Le Père Wladimir Guettée.

 

" Souvenirs d'un Prêtre "

 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5773595r.r=wladimir+guett%C3%A9e.langFR

 

 

mardi, 05 août 2014

+ Pour la défense de la mémoire du Père Wladimir GUETTEE (né le 01 décembre 1816 ; décédé le 07 / 20 mars 1892) martyr pour son immense travail d'écrivain et pastoral +

Le Père Wladimir Guettée..png

Le Père Wladimir Guettée, écrivain ecclésiastique français, confesseur de la Foi Chrétienne Orthodoxe de l’Église de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ.

+ Mémoire éternelle.+

 

E_Renan_devant_la_science_ou_réfutation par le Père W. Guettée.pdf

 

(Le document numérique commence à partir de la 11ème page.)

 

mercredi, 30 avril 2014

Mémorandum au sujet du Calendrier Orthodoxe - Annexe & Conclusions.

 

Saint monastère d'Esphigménou (Saint Mont Athos).gif A.jpg

"L'Orthodoxie ou la mort" nos saints Pères Zélotes du Saint Monastère d'Esphigménou au Mont-Athos.

 

EN CONCLUSION, NOUS CITERONS CE QU’ÉCRIT JUDICIEUSEMENT LE THÉOLOGIEN GREC ALEXANDRE KALOMIROS :

 

            « Très peu de gens, malheureusement, ont compris l’importance de la question de “ l’ancien calendrier ” comme on l’appelle. La plupart de ces gens, des lettrés “ enflés ”, attribuent à l’étroitesse d’esprit du peuple illettré la réaction des “ Vieux Calendaristes ”, tant est profond leur mépris envers les illettrés. Cependant, ces illettrés, pour réagir comme ils l’ont fait, devaient avoir, à défaut d’autre chose, un zèle religieux et des intérêts spirituels que n’avait pas la masse des indifférents, qui suivait, sans savoir comment se posait le problème, à la majorité des évêques. Aucun des théologiens “ éclairés ”, aucun de leurs adeptes, n’a manifesté la moindre inquiétude devant ce problème de la division de l’Église hellénique, pas plus qu’il n’a cherché à trouver une réponse au cri de douleur de tant de milliers de fidèles. Ces “ théologiens ” avaient pour eux la majorité, les chiffres les sécurisaient. Mais, en réalité, le grand nombre n’était pas avec eux, car si les Vieux-Calendaristes n’étaient que quelques milliers, ils étaient des fidèles qui souffraient pour l’Église ; alors que les millions des indifférents, des matérialistes, des athées, qui suivaient le nouveau calendrier, difficilement on eût trouvé quelques milliers de vrais chrétiens. Ils ont voulu rendre ridicules ces simples nouveaux confesseurs de l’Orthodoxie, en disant que c’était par superstition qu’ils refusaient de régler leur montre déréglée qui ne marchait pas bien !

            Mais là n’était pas le problème. Ils n’avaient pas raison en accusant les « Vieux-Calendaristes » de se disputer pour un calendrier. La question ne consistait pas à savoir lequel des deux calendriers était juste - les deux sont inexacts -. Ce n’est donc pas pour des raisons d’exactitude astronomique que les Vieux-Calendaristes tenaient à l’ancien calendrier, pas plus que les Néo-Calendaristes n’avaient introduit le nouveau pour un tel motif. La véritable raison de l’introduction du Nouveau Calendrier n’a été ni astronomique, ni théologique, mais tout simplement une des nombreuses concessions faites par une hiérarchie asservie à l’État, son patron, qui la lui demandait pour faciliter les échanges commerciaux !

            La raison du refus des Vieux-Calendaristes était fondamentalement théologique et jaillissait des profondeurs de leur conscience ecclésiastique. En effet, l’unité liturgique de l’Église du Christ était en jeu pour des intérêts politiques sordides. Par le changement du calendrier le souffle liturgique commun entre l’Église Helladique et les autres Églises Orthodoxes, qui gardaient encore l’Ancien Calendrier, était brisé. Il ne s’agissait plus seulement de désordre dans la vie liturgique de l’Église militante, mais aussi de la continuité de la vie liturgique de l’Église militante avec l’Église triomphante…

            Que pouvait-on imaginer de pire pour l’Église que l’éclatement de son souffle liturgique commun, éclatement qui nous a non seulement éloignés des autres Églises Orthodoxes qui continuent de suivre le calendrier ecclésiastique, mais aussi de tous les Chrétiens Orthodoxes qui nous ont précédés, de l’Église triomphante, de ceux qui dorment dans le Seigneur, de tous les Saints qui ont célébré les fêtes selon le Calendrier Ancien, que nous avons rejeté aveuglément !

            Tant d’efforts de nos Saints Pères, tant de Conciles ont été nécessaires pour construire le Calendrier qui devait instaurer une eurythmie liturgique entre les Églises Chrétiennes ! Car cette eurythmie et ce souffle commun expriment l’unité liturgique interne de l’Église, unité qui rend palpable l’Église Une, malgré la multiplicité des Églises locales. L’Église n’est pas unifiée, comme le croit le Papisme, par une discipline rigide et une obéissance aveugle à une hiérarchie déterminée au sommet de laquelle siège un seul et unique individu qui se dit être le… représentant du Christ sur la terre, mais par la communion mystique au Corps et au sang du Christ. Toute église où est célébrée la Divine Eucharistie et où sont rassemblés les fidèles « dans un même lieu », est l’image totale de l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Ce qui fait qu’une paroisse forme un corps avec les autres paroisses, qu’un évêché forme un corps avec un autre évêché, c’est la communion mystique de tous au Corps et au Sang du Christ, dans l’Esprit et la Vérité.

            L’Unité de l’Église est un lien mystique forgé lors de la liturgie, quand les fidèles communient au Corps et au Sang du Christ. Les chrétiens forment un corps : ceux qui vivent aujourd’hui sur la terre avec tous ceux qui les ont précédés dans les siècles passés, et ceux qui vivront dans les années qui viennent, et cela parce qu’ils ont une racine commune : le Corps du Christ. « Il n’y a qu’un seul pain ; de même, si nombreux que nous soyons, nous formons un seul corps ; car tous nous participons à un seul et même pain ».

            L’Unité de l’Église n’est donc pas administrative, disciplinaire, organisée selon le “ monde ” : Elle est liturgique. D’où la grande importance du calendrier. L’Unité qui jaillit de la Divine Eucharistie, de la Foi Une, du Saint Baptême Un, cesse d’être palpable, extérieurement, quand il y a anarchie. La forme et les paroles de la Liturgie ont été ordonnancées, de manière que toutes les Églises adorent Dieu de la même façon et les livres des Mois ou Sanctoraux contiennent ce qui doit être chanté lors de chaque fête. Aussi aucune dissonance ne peut troubler l’harmonie liturgique, parce que la musique, l’iconographie, qui sont des arts liturgiques, ont été instituées pour que chaque iconographe ou chantre ne puisse peindre ou chanter selon sa fantaisie, mais qu’il adapte son art personnel et son talent aux modèles du réalisme spirituel le plus austère. C’est dans cet esprit qu’a été conçu le calendrier, pour éviter que chaque prêtre ne célèbre les fêtes comme bon lui semble, et pour qu’il ait totale communion de prière entre tous les fidèles de la terre !

            Le peintre qui peint les icônes de l’Église selon son goût, au mépris de la Sainte Tradition et le chantre qui chante théâtralement dans l’Église comme un chanteur, au lieu de psalmodier, brisent l’harmonie liturgique de l’Église Orthodoxe…

            On ne s’est   pas rendu compte, en Grèce, combien la concession faite au monde a été grave, et quel coup a été porté contre l’Église par l’abolition du calendrier ecclésiastique et l’introduction du Nouveau. Et si certains ont compris cette gravité, ils n’ont pas eu la force de se dresser et de proclamer la vérité. Aucun sage, aucun puissant de ce monde n’a élevé la voix pour protester. Ainsi devait être démontré, une fois encore, que « Dieu a choisi les faibles de ce monde pour confondre les forts » (1 Cor. 1 : 27) et « qu’Il a déclaré folle la sagesse des sages » (1 Cor. 1 : 17-20). Les “sages” se sont tus et se sont soumis, et les fidèles illettrés se sont dressés ! Ils ne se sont pas embarrassés de théories astronomiques et de calculs mathématiques, mais ils ont parlé au nom de la Sainte Tradition de l’Église. Ils savaient que la Tradition était chose sacrée que l’on ne pouvait fouler aux pieds au nom d’une science en perpétuel devenir, ou encore au nom des intérêts politiques et économiques d’un pays.

            Mais « les disciples des sages de ce siècle, appellent fous ceux que Dieu a enseignés ». Ainsi donc, depuis le commencement jusqu’à ce jour, ils traitent les « Vieux-Calendaristes » de fous, de bigots, de fanatiques, de superstitieux, etc… et se glorifient de leur propre savoir qui les met au-dessus de tels “détails” et de ces problèmes qu’ils prétendent inutiles.

L’EFFILOCHAGE.

            Quand on prend pour un détail un élément de la Sainte Tradition de l’Église, on prendra également et dès la première occasion, pour un détail, un autre élément, et pour finir, tout ce qui nous déplaira, dans la Tradition de l’Église, sera pris pour un détail. Ainsi en a-t-il été avec l’iconographie, avec la psalmodie, avec l’aspect des prêtres. Les soutanes sont devenues, tout-à-coup, trop noires ou trop voyantes, les barbes et les cheveux des clercs trop longs, les stalles sont remplacées par des fauteuils, le monachisme et les moines calomniés, les biens des monastères confisqués, les Saints Canons qui interdisent de prier avec des hétérodoxes ignorés, on va même aux colloques de ces derniers, on ne tient aucun compte de l’opinion du peuple chrétien dans les élections des évêques et le choix des prêtres, la liturgie est abrégée, des parties de l’Office supprimées « pour ne pas fatiguer le monde » ! En d’autres termes, on renverse les coutumes de l’Église Orthodoxe selon les goûts d’une foule décadente adonnée au culte de la chair et de la matière.

            C’est ainsi que le tricot de la Sainte Tradition de l’Église a commencé et continu à s’effilocher et personne ne sait où l’effilochage s’arrêtera, si jamais il s’arrête ».

 

+

 

Saint Archevêque Jean Maximovitch 2.jpg

Le Saint Archevêque Jean Maximovitch

 

GLOIRE A DIEU POUR TOUT

+

mardi, 25 mars 2014

Lettre du Métropolite de l'Eglise Orthodoxe Russe Hors Frontières PHILARETE

+ Notre Bien-aimé Hiérarque Philarète de Bienheureuse Mémoire,

Métropolite de l’Église Orthodoxe Russe

Hors Frontières +Monseigneur Philarète - Monastère de la Transfiguration de Brooklin.jpg

Annexe au mémorandum

 

La bénédiction de S.E. le Métropolite PHILARETE sur notre mémorandum au sujet du CALENDRIER ORTHODOXE. (Original en Anglais)

 

            « Ainsi donc, mes frères, demeurez fermes et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre » (2 Th. 2 : 15). Voici ce que nous commande le Saint Apôtre. C’est donc avec une vraie joie que nous vous recommandons la présente étude. Elle a été conçue par un frère Grec, le Père Basile Sakkas, prêtre sous notre Synode de l’Église Orthodoxe Russe Hors Frontières à Genève, Suisse. C’est la voix d’un vrai chrétien orthodoxe de l’Église Grecque affligée, au cours des cinquante dernières années, par des divisions, des disputes et des persécutions dont la cause a été l’innovation du calendrier par des modernistes hâtifs et utilisant des méthodes non-canoniques.

            Le Père Basile expose très clairement les raisons pour lesquelles beaucoup de nos frères orthodoxes Grecs en 1924 refusèrent d’adopter dans leurs églises ce changement non-canonique du calendrier. Il raconte comment, aidés par les Pères du saint Mont-Athos, ces chrétiens s’étaient opposés à cette innovation qui causa une inondation d’innovations perpétrées par les modernistes. Celles-ci ont abouti d’ailleurs aujourd’hui au triste état  dans lequel nous nous trouvons de l’hérésie de l’œcuménisme.

            Tous les chrétiens orthodoxes sérieux et responsables devraient s’inspirer de ce travail du Père Basile, surtout alors que les modernistes envisagent d’altérer les célébrations pascales. La traduction et la publication de cette étude est particulièrement précieuse étant donné que paraissent pour la première fois en anglais les textes des trois condamnations du calendrier grégorien décrétées par les Conciles Panorthodoxes au XVIème  siècle et la condamnation Panorthodoxe du modernisme du siècle dernier présidée par le Patriarche Anthemios.

            Ces condamnations n’ont jamais été annulées par d’ultérieurs conciles. Elles sont toujours valables et, obligatoires pour tous les chrétiens orthodoxes. L’introduction du nouveau calendrier n’a apporté que des schismes au sein des Églises qui l’ont adopté. C’est ainsi que maintenant la Grèce, Chypre, la Roumanie et même la Bulgarie ont goûté au fruit de la désobéissance. Il faut seulement regretter que les peuples de ces églises n’aient pas été capables de se rebeller ensemble, de vaincre et de dominer cette puissante vague d’innovations comme l’a fait notre peuple Russe au cours de ce siècle contre le modernisme de l’ « Église vivante (3) ».

            Notre propre Église Russe, en la personne de l’Archevêque Anastase d’heureuse mémoire, plus tard Métropolite et Premier Hiérarque de notre Synode, protesta fortement et résolument contre l’innovation du calendrier, et d’autres modernismes du Patriarche Meletios Metaxakis de triste mémoire. Ceci eut lieu lors de la réunion de 1923 à Constantinople appelée faussement panorthodoxe, puisque les patriarcats d’Alexandrie et de Jérusalem et l’Église de Chypre n’étaient pas présents !

            La plupart des hiérarques de l’Église de Constantinople, d’ailleurs, refusèrent également d’y participer, protestant ainsi contre la non-canonicité de l’élection politique imposée de Meletios en tant que Patriarche œcuménique. Le Primat de notre Église de ce temps-là, le Métropolite Antoine, protesta aussi contre cette réforme dans sa correspondance avec les Patriarches orientaux, et reçut des réponses soutenant son point de vue.

            « Gloire et honneur », donc, selon les paroles de l’Apôtre, à tous ceux qui demeurent fermement attachés à la Sainte Tradition, et gardent leur Foi telle que nous l’avons reçue sans adjonction ou soustraction, même si cela leur en coûte la calomnie et la persécution.

+ Métropolite PHILARETE

Le 14 avril 1972, Saint Martin le Confesseur, Pape de Rome, et les Évêques confesseurs avec lui en Occident.

 

(3) En 1921, de manière plus perverse que la persécution sanglante, le diable insinua au sein même de l’Église, un groupe d’ecclésiastiques modernistes et apostats dénommé l’Église Vivante, qui sous prétexte de réformes démocratiques, visait la sécularisation progressive du clergé, et nombre d’innovations liturgiques qui sapaient les fondements mêmes de la Sainte Tradition Orthodoxe.

 

+

dimanche, 23 mars 2014

Mémorandum au sujet du Calendrier Orthodoxe (22) Fin

 

Panagia Portaïtisa Iviron Mont Athos.jpg

+ Notre Très Sainte Mère de Dieu Portaïtissa de la Sainte Montagne de l'Athos. +

 

De plus, chaque homme sensé et bien-intentionné peut comprendre qu’à cause  de la divergence des conditions de vie entre les deux églises, autrement s’exprime l’Économie de l’Église Grecque des V.C.O. et autrement celle de l’Église Russe de la Diaspora !

            D’ailleurs, la reconnaissance des vrais chrétiens orthodoxes de Grèce par le Synode Russe et son attitude envers les clercs Grecs de la Diaspora, qui se sont réfugiés sous sa protection canonique, ont enlevé tout soupçon semé dans les cœurs des fidèles par la façon de présenter les choses du P. Athanase Gievtits, car quelle comparaison peut exister entre le Métropolite Philarète et Ieronymos ?

            Nous devons donc examiner si la TOLERANCE PARTIELLE du calendrier grégorien dans les limites de l’Église Russe de la Diaspora a comme mobile l’ECONOMIE ou l’INDIFFERENCE, comme aussi s’il y a relation et comparaison possibles entre l’attitude missionnaire de l’Église Russe de la Diaspora et l’arbitraire de l’Église Grecque de 1924.

            S’il s’agit du Salut des âmes et de l’intérêt de l’Église, non seulement sur le CALENDRIER nous appliquerons une économie, mais peut-être encore davantage. Le CALENDRIER ne constitue pas UN BUT EN SOI. C’est le Salut des âmes qui est un but en soi ! Ainsi, bien sûr si le salut des âmes nous oblige à une certaine CONDESCENDANCE, certes ceci n’est nullement un péché. Car cette condescendance ne s’effectue pas dans le but d’un mépris des institutions ecclésiastiques, mais imposée par une NECESSITE ! Saint Jean Chrysostome dit aussi que Dieu : « Loue la bonne intention » ! Sauf qu’une telle nécessité n’a pas existé en 1924.

            Si quelqu’un n’est pas d’accord avec ce qui précède il faut donc aussi condamner Saint Basile le Grand qui en cas de nécessité ne citait pas le Saint-Esprit aux ecphonèses ! Mais est-ce que nous pouvons soupçonner l’Aigle de Césarée et la gloire de toute la Cappadoce d’être un « Pneumatomaque » ? Qu’à Dieu ne plaise ! Pour cette Économie de Saint Basile, Saint Théodore le Studite pense qu’au moment où cette attitude ne causait pas un « DOMMAGE » dans l’Église, elle peut être acceptée. « Pour nous, dit-il, aucun dommage n’en résulte, puisque par d’autres mots nous connaissons que l’Esprit est Dieu (la vérité repose sur l’intelligence et non sur les sons vocaux) ! Ce serait un grand dommage causé à l’Église par un homme, car la Vérité serait persécutée… mais ces choses faites pour un certain temps n’ont rien de blâmables ! » Ainsi donc, nos adversaires doivent premièrement nous démontrer que l’économie appliquée au calendrier [1] n’a pas comme but d’éviter un « GRAND DOMMAGE » ! Mais si les intentions de l’Église Russe visent le salut des âmes, peut-être pourrions-nous avoir une opinion différente, et selon Saint Théodore : « n’ont rien de blâmable ! »

            La différence qui existe entre SAINT BASILE et MACEDONIOS, existe entre l’Église Russe de la Diaspora et l’Église Grecque sur la question du calendrier. Il est vrai que pour des buts missionnaires l’Église Russe non seulement a fait et continue de faire une ECONOMIE concernant le calendrier occidental, mais aussi concernant la Pascalie occidentale, et également avec le rituel occidental.

            Cela étant dit, ceux qui veulent à tout prix se scandaliser qu’ils se scandalisent, mais ceux qui veulent comprendre qu’ils comprennent !

            Cependant, si par exemple, l’Église Russe de la Diaspora permettait, ne serait-ce qu’à une seule de ses communautés de changer le calendrier orthodoxe pour l’occidental, ceci assurément la placerait sur le même niveau que l’Archevêque Chrysostome Papadopoulos. Mais, quand Elle est en face de communautés spirituellement fragiles et pauvres, son devoir est de les attirer avec humilité et douceur vers le Christ et la Vérité, même si pour cela Elle doit « pendant un certain temps » agir avec condescendance jusqu’au calendrier et la Pascalie occidentale !

            Que celui qui est de bonne foi prête attention :

  1. Il y a quelques années, la mission orthodoxe Hollandaise demanda sa dépendance canonique à l’Archevêque de l’Europe Occidentale, et ensuite à l’Archevêque de San-Francisco Monseigneur Jean Maximovitch de Bienheureuse mémoire. A cette mission fût accordé l’usage du nouveau calendrier et de la Pascalie occidentale, avec le rituel orthodoxe.
  2. La mission Française ayant déjà l’usage du calendrier et du rituel occidental, demanda que lui soit accordée aussi la Pascalie occidentale comme aux Hollandais. Or, le même Archevêque qui accorda cette Pascalie aux Hollandais, la refusa aux Français !
  3. Quelques années après l’Archevêque actuel de l’Europe Occidentale S.E. Mgr Antony, retira aux Hollandais l’usage de la Pascalie occidentale qui leur fût accordée auparavant, pendant un certain temps.
  4. Des communautés Françaises dépendantes du Synode (sous le Doyenné du T.R. Higoumène Ambroise) la communauté de Lyon et celle de Paris, ont quitté le calendrier grégorien pour adopter celui de l’Orthodoxie !
  5. Dernièrement, deux communautés russes, une en Floride et une en Pennsylvanie, ont demandé d’adhérer au Synode de Monseigneur Philarète. Les communautés russes dépendaient autrefois de la dite « METROPOLIA » qui leur avait permis de changer au profit du calendrier grégorien. Mais dans ce cas, notre Synode exigea le rejet du calendrier grégorien et le retour au calendrier orthodoxe. Ces communautés n’ayant pas accepté, leur demande fût rejetée. Le Saint Synode donc sait parfaitement discerner et être selon les différents cas : aussi bien SOUPLE que STRICT !

 

            Tout homme sensé se rend parfaitement compte qu’il se trouve en présence d’une véritable « ECO »-« NOMIE » (liter.= GERANCE DE LA MAISON) où se trouvent simultanément la souplesse et la rigueur, l’accord et le refus, la condescendance et le provisoire. Tout regarde vers l’INTERET ET LE SALUT DES FIDELES et partout on observe une LIGNE ASCENDANTE ! Tandis que dans le cas de la hiérarchie d’Hellade on remarque une LIGNE DESCENDANTE. Et peu importe à quel niveau on se trouve, l’essentiel étant la DIRECTION CHOISIE !

            Si l’on demande au Synode de la Diaspora pourquoi il tolère l’usage partiel du calendrier dans ses limites, il répondra : « Pour sauver des âmes, je dois quelque fois marcher « au pas des petits enfants », comme le Patriarche Jacob » ! Mais si l’on pose la même question à Chrysostome Papadopoulos et Mélétios Metaxàkis, que répondront-ils ? Le calendrier orthodoxe faisait-il obstacle au salut des fidèles, et fallait-il le changer ? Voilà comment il est possible que des faits véritables soient placés sous un ANGLE  DEFORMANT afin de leur donner une tout autre interprétation avec la méthode perfide du P. Athanase Gievtits.

            De même, Père Neketas Palàssis, Père Panaghiotis Karathanàsis et le Diacre Photius Touloùmis qui, avant de dépendre du Saint Synode, étaient des nouveaux calendaristes, et maintenant tous nous suivons le calendrier des Saints Pères. Y-a-t-il meilleure preuve que le calendrier orthodoxe constitue l’expression de la spiritualité de notre Synode ?

 

 

En Postface

 Il va sans dire, que le présent exposé ne revendique pas le lieu d’une définition dogmatique, et ne se présente pas comme la solution du problème. Bien que tout le peuple du Seigneur soit le « gardien de la Vérité », la définition, toutefois, des dogmes et de toute la Tradition ecclésiastique, est l’œuvre du Synode de la hiérarchie. En effet, le Synode de la hiérarchie constitue la bouche de l’Église, mais naturellement dans la mesure où les hiérarques membres du Synode sont authentiquement orthodoxes, c’est-à-dire qu’ils n’enseignent aucunes des hérésies reconnues comme telles par les Saints Conciles ou les Saints Pères.

 

            Parce que mon indignité ainsi qu’une grande multitude de fidèles avons trouvés dans la respectable personne de Votre Éminence « le hiérarque qui nous convenait » qui nous a accordé jusqu’à maintenant tant de preuves et de garanties au sujet de l’Orthodoxie, et que votre enseignement est aussi clair que le cristal, et que vous prêchez la Sainte Tradition de l’Église Orthodoxe : Sainte, Immaculée, complète, scellée par Dieu, et non sujette à diverses variations, je trouve une audace filiale, qui m’autorise à vous adresser ce mémorandum.

 

            En effet, la Tradition enseigne que nous, les Prêtres et les Diacres, nous sommes les yeux des Évêques, mais l’œil n’est que l’organe de l’esprit et c’est à l’esprit de juger ce que les yeux voient.

 

            Ainsi donc, je tente d’exprimer les oppositions qui se présentent dans la conscience de centaines de milliers de chrétiens orthodoxes, (ainsi que de la mienne) à la suite de la réforme du calendrier. Même si à mon « zèle » « l’intelligence » fait défaut, je suis confiant envers le Seigneur que le bon jugement paternel de Votre Éminence saura compléter les lacunes de ma foi, et corriger les points sur lesquels, éventuellement, je me trouverais égaré ou je manquerais de précision.

 

            Je dis ceci non par flatterie, qu’à Dieu ne plaise, mais ayant les preuves de l’amour de Votre Éminence envers l’Église, un amour sincère et sans arrière pensée, ce serait une arrogance de ma part de prétendre aimer l’Église plus que vous, ou de savoir et mieux servir Ses intérêts. Grâce à Dieu, jusqu’à présent je n’ai pas eu une telle tentation, mais je sens en moi la liberté et la confiance d’un fils envers son père.

 

            Depuis longtemps je désirais publier certains textes officiels de source grecque, se rapportant à la question du calendrier, inconnus de la Diaspora, dans lesquels on voit bien clairement la relation du calendrier avec les hérésies de l’œcuménisme et du modernisme, qui se cachent sournoisement derrière cette question, « insignifiante » pour certains !

 

            Mais la proximité de la convocation du Grand Concile de notre Très Sainte Église m’oblige à remettre à plus tard ce travail d’information, et à rédiger ce présent mémorandum dans l’espoir qu’il retiendra l’attention de Votre Éminence sur nos préoccupations spirituelles.

 

            Par manque de temps, il est impossible de recourir aux originaux de sources invoquées, qu’il me soit donc pardonné de me référer simplement aux différents ouvrages écrits à ce sujet par ceux qui depuis plus de 50 ans luttent en faveur de la Piété Chrétienne Ancestrale.

 

+

 

 7. Appel à S.E. L’Archevêque VITALY, (Archevêque de Montréal et du Canada de l’Église Orthodoxe Russe Hors-Frontières.)

            A présent Éminence, après toute la peine que vous vous êtes donné à prendre connaissance de nos conflits de conscience ; dans quelques jours dans l’Éparchie Archiépiscopale de Votre Éminence sera convoqué le Grand Concile de la Hiérarchie de notre Sainte Église. Nous vous en prions au nom des millions de fidèles, non seulement Grecs, mais aussi Roumains, Russes, Bulgares et autres, de demander au Saint Synode selon les normes de la Tradition : « SUIVANT LES SAINTS PERES » et en harmonie avec les Conciles précédents, de condamner elle aussi cette fabrication occidentale qui fût la cause de tant de maux, et d’une telle confusion.

            Que le Saint Synode nous pardonne également à nous, les vrais chrétiens orthodoxes, pour tout ce qu’en tant qu’hommes revêtus de chair et habitant ce monde (« car tous nous sommes fautifs sur plusieurs choses » dit le Saint Apôtre), nous avons éventuellement fait le mal, négligé d’avoir fait le bien ou, si nous avons en quelque chose agit précipitamment, ou parlé outre mesure, ou encore passionnellement nous nous sommes tournés contre quelqu’un. Que Dieu nous pardonne par les prières du Saint Synode, et de votre Éminence afin que nous mettions, d’après les Saints Pères, un nouveau « COMMENCEMENT » pour une marche commune de tous les Vrais Chrétiens Orthodoxes du monde entier et ce, sur la base de la Foi non-innovée. Amen !

            Confiant en votre aide et votre affection paternelle, j’ai osé la rédaction de ce mémorandum, en souhaitant dans mon indignité, que le Dieu du Ciel, par l’intercession de la Très Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et de tous les Saints, vous accorde beaucoup d’années dans Sa Sainte Église, dans l’intégrité, en honneur, en santé, vivant de longs jours dispensant fidèlement la Parole de la Vérité de Notre Seigneur Jésus-Christ.

 

De votre Éminence, fils soumis et obéissant. Révérend Père Basile SAKKAS.

Écrit à Genève (Suisse) le quatre du mois d’août 1971, Mardi, faisant mémoire des Sept Saints Adolescents d’Éphèse : Maximilien, Exacustodien, Jamblique, Martinien, Denys, Antonin et Constantin (ou Jean) ; de notre Sainte Mère Eudocie et du transfert de ses Saintes Reliques ; et des Saints Martyrs Thathouel, Ias et leur suite.

 

+

 

Les Pères du Saint Monastères d'Esphigménou au Mont-Athos..jpg

+ Le Saint Monastère d'Esphigménou du Mont-Athos, avec nos bien-aimés Pères Zélotes. +

 



[1]  Et ce n’est pas le moment maintenant de parler des autres aspects de l’Économie de l’Église Russe, néanmoins l’esprit reste le même.

jeudi, 06 mars 2014

Mémorandum au sujet du Calendrier Orthodoxe (21)

 

Saint Épiphane.jpg

         +  Saint Epiphane de Chypre  +

Les événements de 1964, confirment bien les craintes et les inquiétudes au sujet de la Foi de ceux qui ont lutté en 1924, et justifient leur démarche ! Cette démarche ne fut rien d’autre que l’application de l’enseignement et de l’exemple des Saints Pères.

  • « Mieux vaut n’être gouverné par personne, plutôt que d’être conduit par le méchant » (Saint Basile le Grand)
  • « En marchant sur la voie plane et vivifiante, enlevons l’œil qui scandalise ; non l’œil physique mais le spirituel. A savoir si l’évêque ou le prêtre, qui sont les yeux de l’Église, se comportent mal et scandalisent le peuple, IL FAUT LES CHASSER. Car mieux vaut se rassembler sans eux dans une maison de prières, plutôt que de se jeter avec eux, comme avec Anne et Caïphe, dans la géhenne du Feu. » (Voir la Patrologie de MIGNE Tome SECONDUS page 1257)
  • Comment Saint Paul dit « que nous devons faire confiance à nos supérieurs et leur obéir » ? Ayant dit plus haut « desquels vous observez les résultats de leur conduite » ! C’est alors seulement qu’il dit : « faites-leur confiance et obéissez-leur » ! Quoi donc ? Est-ce qu’il dit que quand ils sont méchants, nous ne leur obéirons pas ? Cela dépend comment tu entends le mot « méchants » ! « S’il s’agit de la Foi FUIS et DELAISSE, non seulement s’il est un homme, mais même si c’est un ange descendu du ciel. » ! (Saint Jean Chrysostome, discours 36ème aux Hébreux)
  • « Pour cela il faut fuir ceux qui prêchent les demi-mesures, car ils n’enseignent rien de sûr et de certain, mais comme des hypocrites ils s’adaptent à toutes les croyances, et vont de tous les côtés. » (Saint Marc l’Evgenikos Évêque d’Éphèse)
  • « Aucune concession n’est permise en ce qui concerne la Foi » ! (Saint Marc d’Éphèse)
  • « Les brebis sont raisonnables et non irraisonnées. Il ne faut pas que le laïque dise : moi, je suis brebis et non pasteur ! Car comme la brebis qui ne suit pas le bon pasteur s’expose à être dévorée par le loup, ainsi la brebis qui suit le mauvais pasteur A LA MORT MANIFESTE, car il la dévorera ! Pour cela il faut vraiment fuir les pasteurs corrupteurs » (Les ORDRES APOSTOLIQUES, Livre 8ème chapitre : 19)
  • « Il faut juger et mettre à l’épreuve ce que les Saints Docteurs disent. Ce qui est en accord avec les Saintes Écritures, il faut l’accepter, et rejeter le reste, en se détournant vigoureusement de ceux qui participent en de tels enseignements. » (Saint Basile, Contre Platon, 72)
  • « Celui qui oserait enlever quelque chose, ou transgresser une seule syllabe, ou déplacer quoi que ce soit, qu’il soit Patriarche, Métropolite, Évêque, clerc moine ou même laïque, qu’il soit sous la condamnation des Saints Pères, aposynagogue et étranger à la Communion des Orthodoxes, en tant que membre pourri, et retranché de la totalité du Corps de l’Église Catholique et Apostolique du Christ ! » (Patriarche Dosithée de Jérusalem, Tome de Katalaghis 41 : 69)
  • Parce que le Patriarche Athénagore cherche à changer complètement la Pascalie nous lui rappelons le 1er Canon du concile d’Antioche : « Tous ceux qui oseront dissoudre le terme du Saint Synode, convoqué à Nicée en présence de la piété du Roi Constantin ami de Dieu, concernant la Sainte Fête de la Pâque Salvatrice, qu’ils soient excommuniés et étrangers à l’Église, s’ils persistent à s’opposer à ce qui est bien défini ! Il faut non seulement les destituer de leur fonction, mais aussi ceux qui oseraient communier avec eux après leur destitution » ! Nous n’avons donc pas la même conception que les latins sur l’Église « ENSEIGNANTE » et « ENSEIGNEE ».

            Les nouveaux calendaristes nous demandent si leurs sacrements sont VALIDES ou NON VALIDES ! Ainsi, suivant notre réponse, ils veulent nous taxer soit comme INCONSEQUENTS et SCHISMATIQUES, soit comme FANATIQUES et ORGUEILLEUX ! Et plusieurs, malheureusement, se sont risqués à donner des réponses prématurées, ce qui provoqua une division parmi les vrais chrétiens orthodoxes. Mais nous, le jour du Jugement, nous ne serons pas questionnés sur la validité des sacrements des nouveaux-calendaristes, mais bien si nous avons nous-mêmes gardé la Foi Orthodoxe inaltérée !

            A nous suffit le témoignage de l’Église depuis 2000 ans que nous sommes Orthodoxes et que la responsabilité du schisme ne pèse pas sur nous ! Nous n’acceptons pas des discussions scholastiques et rationalistes sur ce sujet. Ils connaissent l’Écriture Sainte, ils connaissent les Saints Canons et les Saints Pères, qu’ils examinent eux-mêmes leur position à la lumière de la Tradition et qu’enfin ils tirent eux-mêmes leurs conclusions. Nous constatons simplement qu’en 1924 la Sainte TRADITION de l’Orthodoxie fut bafouée et nous n’aimons pas avoir une relation, ou une responsabilité d’un tel péché, et nous rendre coupables devant le « Redoutable Tribunal du Christ ». Le reste Dieu le montrera avec le temps (Comme d’ailleurs Il l’a déjà bien … montré).

            Ensuite ils nous ont fait la proposition suivante : commémorer la hiérarchie innovatrice d’Hellade et, en parallèle, observer le “ vieux-calendrier ”, espérant de cette façon nous annihiler par une attitude aussi absurde qu’illogique !

            En effet, si je peux concélébrer avec ceux qui observent le calendrier papal, quelle raison aurais-je d’observer l’orthodoxe ? Au moment où d’une façon ou d’une autre la SAINTE TRADITION ne subit aucun dommage, alors observer le calendrier orthodoxe serait une simple question de préférence, autrement dit une question sentimentale ! Mais nous ne sommes pas des « vieux croyants » ; nous ne demandons pas des PRIVILEGES !

La question du calendrier ne se résume pas à un simple décompte de jours !

            Maintenant même si la hiérarchie d’Hellade retournait au “ vieux calendrier ”, nous serions certes heureux, considérant ceci comme un pas positif, mais malgré tout il ne serait pas possible de communier avec eux ! Iéronymos fait une protestation à Athénagore parce que les Bolcheviques ont accordé les Sacrements aux Latins, alors qu’Athénagore proclame dans le même temps « sa joie pour cette décision de l’Église Russe » (Voir HELLENIC CHRONCILE 2.6.1970). En plus il déclara au Pasteur Schutz de Taizé : « Vous êtes prêtre ! J’aurais pu recevoir le Corps et le Sang du Christ de vos mains » et « J’aurais pu me confesser à vous ! »

            Maintenant donc, au-delà de la question primordiale du calendrier, si nous fatiguons Votre Éminence, et tous les futurs lecteurs de ce mémorandum, c’est dans l’Espoir que sur la base d’éléments précis, vous voudrez bien exposer devant le Très Saint Synode les conséquences vécues de cette réforme. De telle sorte que, demain, si certaines communautés soumettent des demandes pour l’acceptation de ce calendrier, on puisse mettre devant leurs yeux l’immense danger qui les menace.

 6. L’attitude de l’Église russe

            Lorsque les arguments de l’Archimandrite Épiphane Théodoropoulos se sont écroulés comme un château de carte, l’hiéromoine serbe Père Athanase Gievtits trouva un autre moyen pour venir à l’aide de son compagnon confondu. Il s’était rendu compte que le Synode du Métropolite Philarète constituait dorénavant la seule consolation pour des Vrais Chrétiens Orthodoxes (V.C.O.) de Grèce. S’il arrivait à semer le doute dans la conscience des V.C.O. quant à la CONSEQUENCE du Synode Russe de la Diaspora, la division entre les V.C.O. se stabiliserait d’une part, et d’autre part toute l’Église des Vrais Chrétiens Orthodoxes serait ridiculisée aux yeux du peuple grec.

            Ainsi donc le 25 août 1969, il publia à la presse religieuse sa première lettre, dans laquelle il écrit ce qui suit :

« LE METROPOLITE PHILARETE CONCELEBRE …

Monsieur le Directeur,

Retourné en Grèce après une absence d’une année, et ayant appris des choses désagréables, je juge de mon devoir de porter à la connaissance de vos lecteurs ce qui suit dans l’intention d’aider des âmes scandalisées, afin qu’elles évitent des actes pouvant diviser l’Église Orthodoxe. Le Métropolite Russe Philarète, résidant en Amérique, et Son Synode de l’Église Russe hors frontières, évitent dernièrement la communion avec l’Archevêque Iakovos et ceux qui sont avec lui comme avec le patriarcat œcuménique, mais ils conservent d’excellentes relations avec le clergé de l’Église Serbe malgré qu’Elle soit en Communion avec le Patriarche Œcuménique. Le Synode de Philarète communie non seulement avec le clergé de l’Église Serbe qui suit le vieux-calendrier, mais aussi avec les clercs serbes se trouvant hors de Serbie, et par conséquent concélébrant avec des orthodoxes qui suivent le nouveau-calendrier.

Pour éviter d’allonger, je me limite à vous dire que moi-même j’ai concélébré plusieurs fois dans l’année avec des clercs appartenant au Synode de Philarète, et le 15 juin passé j’ai concélébré à Paris avec l’Archevêque de Genève et de l’Europe Occidentale Antony, appartenant à l’Église de Philarète. Qu’il soit noté que l’Archevêque en question savait parfaitement que je célèbre avec le nouveau calendrier, soit en Grèce, soit en dehors et que je commémore le Patriarche Œcuménique quand je célèbre à l’Institut Russe « Saint Serge » de Paris, malgré toute mon opposition envers la ligne du Patriarche.

Ceux en Grèce qui pensent que l’Église de Grèce est hérétique parce qu’elle communie avec le Patriarche Œcuménique, doivent penser la même chose également pour l’Église Serbe qui communie aussi avec le Patriarche. Mais si l’Église Serbe est hérétique, l’est aussi le Synode de Philarète, lequel reconnaît les clercs de l’Église Serbe et concélèbre sans hésitation avec eux ; comme aussi sont hérétiques tous ceux qui, en Grèce, sont en communion avec le Synode de Philarète … » (Les soulignements dans le texte sous forme d’espacements).

 

            Nous avons répondu en grec au hiéromoine serbe, en démontrant la PERFIDIE de son agissement. Ici nous diront tout simplement que les Vrais Chrétiens Orthodoxes de Grèce qui mettaient leur espoir en notre Synode furent RIDICULISES ! Non pas parce que ce que Gievtits écrit est inexact, mais DE LA FACON dont il présente l’affaire, et donc des milliers d’âmes qui ne connaissent absolument pas l’état des choses complexes de la Diaspora, ainsi que les Pères du Saint Mont-Athos, se sont scandalisés. Et c’est évidemment cela que Gievtits cherchait précisément sous un masque d’hypocrisie, indigne d’un homme « de Paix de l’Église du Christ ».

            Lorsque Gievtits passa par Genève S.E. l’Archevêque Antony le réprimanda pour cet acte, et lui, hypocritement, promit de réparer son erreur. Mais parce que cet homme a ses propres idées et desseins, il composa une deuxième lettre par laquelle il tente, d’une part, de se justifier devant les Évêques Russes qu’il présentait ni plus ni moins indifférents envers les problèmes qui nous préoccupent ; d’autre part, de confirmer le chaos et la déception qu’il avait créé à la suite de sa première lettre dans les cœurs des fidèles grecs ! Pour cela sa deuxième lettre est pire que la première, car dans sa première lettre les V.C.O. sont ridicules, et dans sa deuxième, ils restent tels ! D’ailleurs jusqu’à aujourd’hui il ne fait que concélébrer avec le clergé du Synode pour troubler par la suite les Aghiorètes.

            Nous n’avons pas l’intention de passer sous silence des faits concernant l’ECONOMIE de l’Église Russe, car son attitude est si claire que nous pensons que ceux qui sont de bonne foi ne se scandaliseront point. Ceux qui sont par contre de mauvaise foi, se scandaliseront quoique nous disions ou faisions. Il est aussi possible que tous ne soit pas d’accord avec l’ECONOMIE de l’Église Russe, et avec une liberté fraternelle soumettre leurs oppositions qui seront sérieusement examinées du moment où elles proviennent de mobiles pures et honorables, ayant réellement pour but le bien de l’Église.

            Chaque homme sensé sait que la CONFUSION d’aujourd’hui avec laquelle le diable combat l’Église ne peut pas être affrontée dans les 24 heures qui suivent. Tantôt, nous utilisons l’ECONOMIE sous son aspect de SOUPLESSE et tantôt sous son aspect de RIGUEUR bien qu’il s’agisse pourtant et toujours de la même ECONOMIE !

+